Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Festival du court métrage à Clermont-Ferrand : Le Maroc invité d’honneur




Festival du court métrage à Clermont-Ferrand : Le Maroc invité d’honneur
C’est une formidable opération de consécration pour le court métrage marocain : notre pays est en effet l’invité d’honneur de la 32ème édition du Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand qui se tient cette année du 29 janvier au 6 février 2010.
Après les Pays-Bas l’année dernière, l’honneur revient au Maroc cette année d’être sous les feux de la rampe à Clermont-Ferrand. Faut-il rappeler que c’est le plus grand rendez-vous international du court métrage ; il y a d’ailleurs une formule qui résume bien cela : c’est le Cannes du court. Et d’abord avec des chiffres éloquents : Clermont-Ferrand, c’est plus de 3000 professionnels qui se retrouvent entre eux : des producteurs, des représentants de festivals, des acheteurs pour la télévision, des centaines de journalistes du monde entier…cCest aussi un marché avec plus de 4000 films inscrits et puis, ce qui est le must de Clermont, c’est son public extraordinaire, fidèle et cinéphile et chaque année, ils sont plus de 130 000 visiteurs qui viennent voir les films, tous les films.
Le Maroc sera présent à plusieurs niveaux. D’abord, il y a la cinéaste marocaine Leila Marrakchi comme membre du jury de la compétition internationale. Le Festival de Clermont-Ferrand comporte trois grandes sections : la compétition nationale française, la compétition internationale et le Labo ; une section dédiée au cinéma expérimental, là où se dessine le cinéma de demain. Un court métrage marocain a été sélectionné pour la compétition internationale, il s’agit de « Passion courte » de Mahacine Hachadi, étudiante à l’Ecole de cinéma de Marrakech (ESAV).
La cerise sur le gâteau, c’est la grande rétrospective du court métrage marocain qui reprend des films de 1956 à 2008. On y retrouve des  courts qui remontent jusqu’à 1956 comme « Notre amie l’école » de Larbi Benchekroun ; des titres de l’âge d’or du court métrage marocain : « Tarfaya, la marche d’un poète » de Bouanani, Al Bourak, « Forêt » de Majid Rchich…des films de Nabila Ayouch, Faouzi Bensaïdi, Hassan Lagzouli, Leila Marrakchi, Tala Hadid, Ali Benkirane, Mohamed Mouftakir…un large panorama, riche et diversifié.
Le court métrage marocain récent sera cette fois, présent à travers deux programmes au marché du film  (plus de douze films). D’autres activités viendront enrichir ce programme de projections avec notamment une importante table ronde sur la dynamique actuelle du court métrage marocain, des rencontres publiques avec les réalisateurs.  Une importante délégation est en effet invitée, composée principalement des cinéastes dont les films ont été programmés. Il faut à cette occasion saluer le travail fourni pour la réussite de cette initiative par la déléguée générale du Festival Nadira Ardjoun, une grande cinéphile et une vraie militante du court. 

Rafik Mahmoud
Mercredi 6 Janvier 2010

Lu 293 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs