Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Festival des musiques sacrées : La ville de Fès se prépare




Les  organisateurs du Festival de Fès des musiques sacrées ont tenu une conférence de presse pour présenter le programme de cette édition qui se déroulera du 04 au 12 juin prochain.
Comme d’habitude, le Festival de Fès prévoit un répertoire très riche en musique spirituelle en invitant des chanteurs et des formations de plusieurs pays. Une manière de souligner le caractère de coexistence pacifique et de tolérance de ce rendez-vous qui a gagné ses lettres de noblesse en devenant une adresse incontournable dans l’agenda des festivals organisés un peu partout à travers le monde.
Le directeur du Festival, Abdelhak Azzouzi, a d’ailleurs insisté, lors de la conférence de presse, sur le fait que ce rendez-vous est devenu un patrimoine mondial comme en témoigne son choix par l’ONU en tant que l’un des événements les plus importants qui prônent la paix dans le monde.
Et à l’instar des éditions précédentes, le Festival de cette année prévoit en parallèle des débats, des rencontres et des tables rondes qui seront animés par d’éminents penseurs et professeurs venus de différents pays. Ces rencontres auront lieu avant l’entame du Festival, c’est-à-dire du 05 au 09 juin.
Aussi, cette année,  les organisateurs offrent-ils  la possibilité aux habitants de la capitale spirituelle et aux visiteurs de découvrir d’autres cultures et civilisations à travers des danses, des expositions et des soirées. Ce sera, selon Alain Weber, directeur artistique, le festival de la ville en ce sens qu’il proposera des spectacles publics avec la participation, entre autres, de la troupe du ballet royal du Cambodge et d’autres venues d’Inde et de Zanzibar. La ville sacrée d’Al Qods aura une place de choix puisqu’elle sera représentée à travers un répertoire de la musique juive antique de Baghdad qui sera interprétée par Jordi Saval. A cela, s’ajoutent les musiques iranienne et syrienne ou les Mouachahate avec Sabah Fakhri, en plus de chanteurs américains et français.
La participation marocaine ne sera pas en reste. A Bab El Makina, le public aura rendez-vous avec Najat Aâtabou, Abidat R’ma, Stati et Hatim Ammor.
Il faut rappeler à cet égard les critiques qu’on adressait aux organisateurs sur l’absence des artistes marocains. Mohamed Kabbaj, président du Festival, souligne que les Marocains constituent plus de la moitié des artistes participants. Il n’a pas omis de rappeler à cette occasion la vocation et la thématique du Festival qui prône la paix et la tolérance et de préciser qu’il a obtenu le Prix méditerranéen de la paix.   
Et de conclure que c’est cette vocation, justement, qui a incité le grand chanteur irakien Kazem Saher, à faire don de ses émoluments aux organisateurs.
Une édition de plus, voilà ce qui va donner davantage de rayonnement à la capitale spirituelle du Royaume. D’ailleurs, tout le monde s’accorde à dire que le Festival des musiques sacrées a été pour beaucoup dans le désenclavement de la ville de Fès. Il est aussi à l’origine de l’intérêt touristique grandissant qu’on commence à accorder à cette destination.

Libé
Samedi 27 Mars 2010

Lu 430 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs