Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Festival de Khouribga : Hommage aux cinéastes Abderrahmane Sissako et Roger Gnoan M'Bala




Festival de Khouribga : Hommage aux cinéastes Abderrahmane Sissako et Roger Gnoan M'Bala
Le Festival du cinéma africain de Khouribga a rendu, samedi soir, lors de la cérémonie d'ouverture, un vibrant hommage aux  deux cinéastes africains, Abderrahmane Sissako et Roger Gnoan M'Bala. 
Emu, Abderrahmane Sissako a souligné : «Ce n'est pas facile. Tout artiste, ou cinéaste qui se trouve honoré, ne se sent pas à l'aise. Je suis très honoré parce que ce festival a rendu hommage à tous les cinéastes africains. Je ne peux que penser à d'autres qui nous ont quittés. Je pense aussi à ma famille. Le cinéma est un sacrifice. Je suis très honoré pour le respect et la considération que me porte Nour-Eddine Sail. Il m'a encouragé et m'a dit que je pourrais devenir cinéaste. Je pense à mes parents qui m'ont laissé faire du cinéma, lorsque je n'avais que dix-neuf ans. Le cinéma est une grande famille, il est universel. »
Mohamed Bakrim, critique du cinéma et directeur d'une publication, a déclaré, lors de cette cérémonie : « C'est un bon signe, lorsqu’un critique vient parler après un cinéaste.  Ma joie, mon plaisir et ma fierté résident dans le fait de contribuer à l'hommage rendu à Abderrahmane Sissako. Il est légitime de le lui rendre, ici, à Khouribga, le bastion de la cinéphilie. Il a choisi de dire son africanité, à un moment où l'Afrique était le dernier à rejoindre le cinéma mondial. Abderrahmane, l'homme nomade du cinéma, qui a mis son savoir au service du 7ème Art. Il a suscité un énorme engouement chez les jeunes en Mauritanie. »
Abderrahmane Sissako est cinéaste et producteur, né le 13 octobre 1961 à Kiffa en Mauritanie. Peu de temps après sa naissance, sa famille émigre au Mali, où il passe son enfance et y suit ses études primaires et secondaires. En 1983, Abderrahmane part en Union Soviétique, à Moscou, où il étudie le cinéma au VGIK (Institut fédéral d'Etat du cinéma). Sissako est aujourd'hui une grande figure du cinéma africain  grâce à sa riche filmographie. Son long métrage « Heremakono » (2002), a été sélectionné dans plusieurs festivals internationaux et notamment à Cannes où il a obtenu le Prix de la critique internationale. Il a reçu également l'étalon de Yennenga du FESPACO  ainsi que le Prix de la Biennale des cinémas arabes de Paris.
Représentant Roger Gnoan M'Bala qui n'a pas pu se déplacer à Khouribga pour des raisons de santé, le président de la Fondation du festival, M. Nour Eddine Sail a dit, lors de cette manifestation: « Les deux cinéastes abordent des sujets d'une grande violence. Ils font tous les deux un cinéma de communicabilité. Roger Gnoan M'Bala mérite largement cet hommage parce que dans tous ses films, il a mentionné Khouribga. Quand il fait un film, ce travail lui demande entre  cinq et huit ans. C'est un auteur individualiste qui s'est toujours débrouillé seul. Il n'est pas venu à Khouribga parce qu'il est tombé malade subitement. Je l'ai contacté, il m'a rassuré qu'il viendrait l'année prochaine. Lorsque nous recevrons des cinéastes, nous recevrons des gens qui sont dans nos cœurs.» 
Roger Gnoan M'Bala est producteur, scénariste et réalisateur. Il est né en 1941 à Grand Bassam, en Côte d'Ivoire. Il a fait ses études au Conservatoire indépendant du cinéma français, puis en Suède. De 1968 à 1978, il a travaillé comme assistant réalisateur. Puis réalisateur à la Radio diffusion télévision ivoirienne où il a signé plusieurs émissions de variétés et de sports. En 1972, son court métrage «Amanié» remporte le Tanit d'argent aux Journées cinématographiques de Carthage. En 1984, il réalise son premier long métrage, «Ablakon». Mais c'est surtout «Au Nom du Christ» (1993) qui assoit sa renommée. Le film a remporté le Prix jeunes au Festival de Locarno (Suisse) et le Grand prix Yennenga eu Fespaco au Bukina Faso.
Au cours de cette soirée, le public du complexe culturel a suivi la projection de certaines séquences des films des deux  cinéastes ainsi que des danses folkloriques.
 
 

Chouaib Sahnoun
Lundi 2 Juillet 2012

Lu 509 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs