Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Festival de Fès des musiques sacrées du monde des concerts envoûtants sur différents sites




La soirée de lundi a été marquée par des concerts envoûtants, animés par de grands artistes marocains qui ont investis différents sites publics de Fès dans le cadre de la 7-ème édition du Festival dans la ville._Le groupe "Lemchaheb", figure emblématique de la musique populaire marocaine, a ainsi enflammé le site historique de Bab Boujloud par ses célèbres chansons qui font preuve d'une certaine charge morale mais aussi d'une grande sensibilité._Considéré comme le premier groupe de pop-music marocain, Lemchaheb a débuté sur scène en 1974 et a continué son aventure jusqu'à ce jour._Les membres du groupe ont été les premiers à jouer de la musique pop à l'aide d'instruments occidentaux et ils ont par conséquent instauré les premières règles dans ce genre._Les morceaux tels "Khiala", "Dawini", "Denia Allah", "Khayi", étaient sur toutes les lèvres à la fin des années 70._Lemchaheb était connu par son engagement pour la cause panarabe, mais son répertoire (plus d'une centaine de disques) compte aussi des chansons à vocation universelle "Mon compagnon" "Bosnie" et d'autres à tendance sociale._Par ailleurs, le public du site Aït Skatou a apprécié la brillante prestation du jeune artiste Barry qui s'est illustré avec son groupe en particulier dans les festivals d'Essaouira et de Tanger._"Barry ou l'anti-star attitude, loin des paillettes et des chants de sirènes de la célébrité facile, privilégie la scène et l'interactivité avec le public. Il écrit, compose et répète, Reggae, Gnaoua, Châabi, Latino, tout se mélange en une seule voix"._A Dar Tazi, les mélomanes ont été au-rendez-vous avec le groupe Haoussa qui, de l'avis des organisateurs, a réussi à faire sentir plus violemment, ce qu'il y'a de plus beau, de plus chaud et de plus tendre dans l'âme humaine, à travers notamment une démarche mystique souvent traduite par la soif d'amour, la joie des retrouvailles, les douces plaintes et les vives exaltations._La première vie de Haoussa a commencé en 2002. Créé autour de deux musiciens amis, Khalid Mokdar et Nadir Hajji, le groupe qui rassemblait alors huit musiciens, a fait l'effet d'un ovni à sa première apparition, sur la scène du Tremplin L'Boulevard et a remporté le premier prix._Précurseur d'un punk marocain, le groupe Haoussa chante le chaos avec poésie, enfante un son brutal et déjanté et se déplace sur scène avec une folle énergie contagieuse._En 2008, le bureau d'export de la musique Africaine (BEMA) sélectionne "Lwadae", un titre du groupe, pour faire partie de la compilation annuelle produite par le Bureau (tirée à 5000 exemplaires) et distribuée auprès des professionnels du secteur de la musique dans le monde._Le festival dans la ville, qui se poursuivra sur différents sites publics jusqu'au 7 juin prochain, s'inscrit dans le cadre des événements marquants du Festival de Fès des musiques sacrées du monde qui souffle cette année sa 15-ème bougie sous le signe "L'arbre de vie".
 

MAP
Mercredi 3 Juin 2009

Lu 250 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs