Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Festival Gnaoua et Musiques du monde

Une fusion des musiques gnaouie et brésilienne enflamme la scène




Le festival consacre en premier lieu le patrimoine immatériel marocain

Le coup d’envoi de la 20ème édition du Festival Gnaoua et musiques du monde a été donné, jeudi soir à Essaouira, annonçant le lancement des festivités pendant trois jours, soit du 29 juin au 1er juillet. "Le Festival Gnaoua et musiques du monde consacre en premier lieu le patrimoine immatériel marocain", a souligné le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laaraj, dans une déclaration à la presse en marge de la cérémonie d’ouverture. Il a, de même, mis l'accent sur la réputation internationale dont jouit désormais ce festival, qui a attiré des milliers de mélomanes à travers le globe lors des précédentes éditions. Et d'ajouter que tous les acteurs concernés sont fortement engagés pour valoriser et renforcer la position dont jouit le festival au niveau international en vue de promouvoir l’essor culturel que connait le Royaume.
Intervenant lors de la cérémonie d’ouverture, la productrice du Festival Gnaoua et musiques du monde, Mme Neila Tazi Abdi, a souligné que les Marocains ne peuvent qu’être fiers et s’enorgueillir que ce festival ait été porté à l’égal des plus prestigieuses manifestations internationales du genre.
"Ce festival qui défend les valeurs de liberté, d’égalité, de diversité, est le témoin d’un Maroc qui change, un Maroc qui est à l’écoute de sa jeunesse et un Maroc qui est fier de son enracinement africain", a-t-elle ajouté. Mme Abdi Tazi a indiqué que le Festival Gnaoua et musiques du monde prouve que la culture peut devenir un levier important de développement, de création d’une dynamique économique et de postes d’emploi, appelant tous les intervenants à davantage de mobilisation pour garantir la pérennité de cette manifestation culturelle d’envergure internationale. Cette 20ème édition s’est ouverte sur une fusion de la musique gnaouie et de la musique brésilienne, qui a enflammé la scène de la place Moulay El Hassan à Essaouira et consacré les valeurs de paix et d’échange culturel. Cette fusion a savamment marié la musique brésilienne représentée par le célébrissime Antonio Carlos Santos de Freitas, dit Carlinhos Brown et les Maâlems gnaouis les frères Saïd et Mohammed Kouyou.
Fruit d’une résidence artistique, ce concert inaugural a fait vibrer pendant près d’une heure des mélomanes venus des quatre coins du globe pour savourer instants de joie et de gaieté et vivre des moments privilégiés de communion à travers la musique. Né en 1962 dans le quartier Candeal de Salvador, Brown est un des artistes les plus créatifs et innovants de la scène musicale brésilienne actuelle. Artiste aux multiples facettes, Brown se distingue comme chanteur, musicien, producteur, compositeur, arrangeur, militant culturel et coach des célèbres émissions télévisées brésiliennes. Said Kouyou se produit sur de nombreuses scènes au Maroc et à l’étranger avec le groupe de son frère, Mohamed. Il a montré toute l’étendue de son talent lors de la 16ème édition du festival.
Né en 1957, l'artiste Mohamed Kouyou accède au titre de Maâlem en 1980 à Marrakech. Il crée son propre groupe et se produit partout au Maroc et à l’étranger, notamment pendant un an aux Etats-Unis. Maâlem Mohamed Kouyou a brillé au cours de sa prestation improvisée en 2008 aux côtés de la légende vivante du jazz américain Wayne Shorter. Performance renouvelée en 2009 lors de la 12ème édition du Festival Gnaoua et musiques du monde, durant la résidence d’artistes avec le groupe de la Nouvelle Orléans, Donald Harrison et Congo Nation.
Dans une ambiance festive et conviviale, les troupes participantes ont sillonné sous le regard admiratif du public, les principales artères de la Médina, pour rejoindre la scène de la place Moulay El Hassan, où a lieu la cérémonie d’ouverture. Les musiciens, des troupes de Gnaoua du Maroc  se mêlent à la foule et chantent haut et fort la fête de la musique, le dialogue interculturel, l’ouverture sur l’autre et la paix. Danse et musique ont transformé l’ancienne Médina   d’Essaouira en un carnaval géant, histoire d’annoncer l’entame des festivités.
Organisée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, la 20ème édition du Festival Gnaoua et musiques du monde investit les espaces les plus emblématiques de la ville, comme la place Moulay El Hassan et la plage pour les spectacles publics, Borj Bab Marrakech, Dar Loubane et Zaouïa Issaoua. Inscrit dans l’agenda des festivals les plus prestigieux au monde, le festival fête cette année ses 20 ans et promet une programmation musicale unique à vivre à Essaouira.
A l’occasion de la 20ème édition, le Festival Gnaoua et le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) organisent pour la sixième année consécutive, le Forum des droits de l’Homme les 30 juin et 1er juillet.

Mehdi Ouassat
Vendredi 30 Juin 2017

Lu 419 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs