Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fès rend un vibrant hommage à Taoussi




Fès rend un vibrant hommage à Taoussi
Samedi soir à Fès. Minuit passé de plus d’une demi-heure. Un temps très doux. L’ambiance est toujours bon enfant. Une grande liesse. Le centre-ville comme la plupart des artères de la ville ont vibré, plus de deux heures durant, au rythme d’une réjouissance totale. Le coup de sifflet final de la rencontre ayant opposé le Maroc au Mozambique a été un déclic, donnant lieu à une fête populaire. Heureux événement : les Lions de l’Atlas sont venus à bout du venin des serpents du Mozambique. Le score de 4 à 0 en dit long. Avec l’art et la manière. Et l’on avait bien besoin d’une aussi large victoire. L’heure était un rendez-vous avec les fêtes, mais surtout avec la confiance en soi.
 «Il y avait un temps où une victoire contre une équipe comme le Mozambique ne suscitait aucune réaction populaire, mais là on en espérait beaucoup. Les défaites successives nous ont épuisés. C’est ce qui explique l’explosion des jeunes et la joie du grand public », explique Mohamed, un quadragénaire, sorti faire la fête, entouré de ses deux filles qui  hissaient haut le drapeau national.
Coups de klaxons, groupes de jeunes brandissant les couleurs marocaines, des chants et hymnes et feux d’artifice … jeunes, garçons et filles, moins jeunes et des familles entières, tout le monde fêtait cette victoire et du coup cette qualification à la prochaine Coupe d’Afrique. Dans tous les chants scandés par les jeunes, un seul nom revient sur toutes les bouches : Rachid Taoussi. Le coach national est un véritable héros.
Certes, l’amour que portent les gens dans cette ville à l’équipe nationale est inestimable, mais l’on ne peut oublier que cet homme a semé, il y a moins d’une année, la même allégresse, dans les mêmes places et les mêmes ruelles. La fierté est donc double.  «Rachid Taoussi fait désormais partie de cette histoire du MAS, notamment, et on est fier qu’il soit actuellement derrière ce sursaut du foot national», tient à souligner Noureddine, un trentenaire passionné de foot et supporter du Moghreb de Fès. Par ailleurs et ayant prévu cette ambiance, les Forces de l’ordre se sont mises à pied d’œuvre pour organiser la circulation, chose faite avec succès. En dépit du flux de voitures vers le centre-ville, la fluidité était assurée. Seule note dissonante en cette soirée, la persistance de certaines personnes qui continuaient de klaxonner tard dans la nuit.

Mustapha Elouizi
Lundi 15 Octobre 2012

Lu 294 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs