Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fès goûte déjà aux saveurs ramadanesques




Fès goûte déjà aux saveurs ramadanesques
Ce n’est ni pour demain ni pour le début de la semaine prochaine. Pourtant, Fès a déjà replongé dans l’ambiance conviviale et festive du mois sacré de Ramadan.
Toute la ville reprend ses vieilles habitudes, enfile ses habits de tradition et de spiritualité. A R’cif ou encore à Bab Sensla, place aux animations des grands jours!
Le spectacle fait penser à l’effervescence des petites heures qui précèdent la rupture du jeûne. Tout le monde se bouscule pour s’offrir du chebakia ou s’approvisionner en briouate, khliâ et épices.
Les senteurs se dégagent de tous les coins et les commerçants se frottent les mains. Ici, tout le monde a changé de métier pour s’improviser “maître pâtissier”.
En plus de la demande locale, une bonne partie de la production est acheminée à Casablanca. Là où réside une importante communauté de Fassis, restés très attachés aux produits du “terroir”.
De l’aveu même de plusieurs commerçants, les ventes de Ramadan représentent plus de la moitié du chiffre d’affaires de l’année. De quoi aiguiser l’appétit de tous les véreux !
Si le Ramadan a toujours été synonyme de spiritualité, de solidarité, d’entraide et de convivialité, il est devenu ces derniers temps une aubaine pour tous ceux qui veulent s’enrichir, et plus vite, sur le dos des citoyens.
Pas seulement les marchands de gâteaux qui se mettent à l’heure de Ramadan. A souk blaghi (babouches), on scrute aussi le ciel car la demande est très forte sur les produits de l’artisanat, et les gens du métier qui se tournent le pouce en ces temps de vache maigre, font des bonnes affaires durant ce mois.
Côté spirituel, les lieux de culte sont lavés à grande eau, car les dix derniers jours du mois de chaâbane connaissent une forte affluence sur les mosquées pour la lecture collective du Coran, avant les grands rassemblements des fidèles pour les prières de taraouih.
La ville nouvelle n’échappe pas à la règle. Des files d’attente commencent à se former devant quelques pâtisseries qui engrangent les commandes sur toutes les friandises et autres délices de l’occasion. Car tout le monde veut être au rendez-vous le jour “J“, quitte à en payer le prix fort.
Les grandes surfaces rivalisent, elles aussi, d’ingéniosité pour attirer le maximum de clients, en multipliant les promotions et les soldes sur les produits de large de consommation.
Là aussi, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses.
Face à la hausse de la demande, les autorités rassurent sur l’état du marché et sur la stabilité des prix, en promettant de sévir contre toute spéculation, devenue monnaie courante durant ce mois.
Pas de soucis à se faire donc ni pour le gaz, ni pour l’huile ou le sucre : tous les produits seront disponibles en quantité suffisante et l’offre sera même largement supérieure à la demande pour plusieurs denrées.
Les prix sont même à la baisse pour certains produits, comme l’huile de table, pour le grand bonheur des ménages qui en redemandent !
La commission ad-hoc mise sur pied par la wilaya a également décidé d’accentuer le contrôle d’hygiène pour préserver la santé des citoyens et assurer la qualité des produits mis sur le marché.
Seule hantise : la météo. Après la canicule de ces derniers jours, on s’attend hélas à des journées longues et très chaudes.
Avec un mercure qui frôle parfois les 50 degrés, les habitants de Fès prient pour avoir toutes les forces d’accomplir le mois de jeûne.

MAP
Samedi 29 Juin 2013

Lu 248 fois


1.Posté par plékhanov le 30/06/2013 10:37
Vous avez dit Fès?Hélas...
Pas évident que mon humble commentaire ait un rapport direct avec le sujet de l'article,mais il me tient à cœur de dire deux mots de la capitale spirituelle du royaume et de ses habitants.Oh....peu de choses:un grain de nostalgie,un attachement qui frôle la servitude,du désuet,serait-on tenté de risquer surtout pour quelqu'un comme moi ;je suis marocain et fier de l'être ,je ne suis fassi ni de naissance ni de résidence et pourtant...
"Si le paradis existe ,que les Ahl Fas y aillent et qu'ils nous lèguent leur ville,ça nous suffira" disaient les braves ancêtres des Sahraouas.
Non,c'est des histoires tout ça, m'avait répliqué un ami après son retour au bled suite à un séjour dans la ville des deux Adouas;c'est plus important que cela l'ami,Fès ,c'est pour quiconque voudrait devenir humain dans le vrai sens du terme.
Nous avions quinze ans et les propos de mon ami m'avaient subjugué et indisposé en même temps:
-Hé!,c'est grave là,et nous alors qu'est-ce que nous sommes?!
-Fais un saut là-bas,tu verras...
Une année plus tard,je mettais le pied sur le seuil du lycée Moulay Slimane pour des études secondaires...
Mon ami n'avait tout à fait tort...

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs