Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fès à l’heure du grand changement




Véritable fourmilière. Le désormais historique siège de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) à Fès, sis rue Ahmed Amin, ne désemplit pas. De jour comme de nuit, des centaines se retrouvent après de dures et longues journées de mobilisation. Pas de personne recrutée et enrôlée à l’occasion, l’USFP mène sa campagne grâce à ses étudiants, ses jeunes cadres, ses femmes et ses hommes qui n’attendent pas cette étape pour annoncer haut leur couleur mauve. L’ambiance est bon enfant. Les militants se racontent des histoires anecdotiques qui ont marqué leur campagne. Mais, l’heure est aussi aux réunions d’organisation. Chami, tête de liste du parti à Fès-Sud, est très sollicité. Dès qu’il finit une réunion avec les militants, le voilà qui repart à la rencontre des représentants de la communauté juive de la ville de Fès. Un agenda serré. Dans toute la ville, son nom résonne comme étant l’une des énergies qui peuvent rendre à la ville son aura d’antan. D’ailleurs, c’est le slogan de campagne de l’USFP à Fès. Il ne se soucie guère des polémiques de bas étage, ni des basses manœuvres de quelques candidats. Non plus des pratiques populistes menées par les « baltajias ». Serein, il se concentre entièrement sur son sujet.
Les autres militants sont toujours sur place. L’on met le point sur le planning de demain. Les jeunes, les enseignants, les syndicalistes, les femmes… toutes les catégories sont là. Chacun sait déjà ce qu’il a à faire le jour d’après. « Contrairement à ceux qui sont chassés des quartiers populaires, nous sommes bien accueillis là où l’on se rend, à la faveur de l’histoire de notre parti, sa crédibilité, mais aussi grâce à nos candidats qui sont connus et reconnus; les gens veulent bien réaliser un changement dans cette ville avec des noms crédibles, intellectuels et engagés », assure un militant et l’un des responsables de la campagne dans cette ville.  Les salles du siège sont investies par de petites réunions. Dans la grande salle, où se côtoient les portraits des fondateurs Abderrahim Bouabid et Omar Benjelloun, le corps enseignant de l’Ittihad est en réunion de mobilisation. L’on se rappelle le rôle de cette catégorie de militants dans toutes les batailles de l’Ittihad. Le siège principal n’est pas le seul lieu de mobilisation. Les maisons des militants dans différents quartiers sont aussi des lieux de travail. Dans l’ancienne médina, l’autre tête de liste de l’USFP, Mohamed Ameur est en réunion. Pas de temps à perdre. La concurrence déloyale reste un handicap, mais la dynamique et la détermination des militants devaient bientôt l’emporter. Le bon feedback constaté tout au long de la campagne sème une grande confiance parmi les militants qui y croient profondément. Fès mérite le grand changement.  

M-E
Mercredi 23 Novembre 2011

Lu 854 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs