Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fenêtre: Nomadiser




Fenêtre: Nomadiser
Le nomadisme est un mode de vie propre aux nomades, c'est-à-dire à des groupes de personnes qui ne possèdent pas un domicile fixe et se contentent d’errer ça et là selon leur volonté et selon le temps qu’il fait. En tant que pratique groupale ou même individuelle parfois, le nomadisme a une connotation sociétale, c’est dire relative à la société elle-même. Le nomade est un homme libre et libéré de tout attachement à la vie des autres. Sa vie à lui se définit par le refus d’être comme les autres. Le nomade à la sagesse de ne pas être enraciné dans quelque lieu que ce soit. Son enracinement est par tout et nulle part. le nomadisme est une philosophie avant d’être une pratique sociétale, car, tout comme le philosophe, le nomade cherche quelque chose, sonde une trace, cultive le doute, nourrit l’espoir et vit naturellement. Tout comme le philosophe, le nomade s’occupe de l’absent, du possible, de l’occulté. Si la devise du nomade reste l’errance d’un lieu à l’autre, d’une terre à l’autre et d’un climat à l’autre, celle du philosophe, lui, reste l’errance d’un texte à l’autre, d’un concept à l’autre et d’une logique à l’autre. Nomadisme et philosophie ont en commun le sens de l’errance. L’errance, cette fille rebelle qui se révolte contre la logique de la stabilité, cette condition qui définit l’homme des temps modernes est une expérience qui, malgré la douleur et l’angoisse qu’elle inculque dans la mémoire humaine, demeure d’une portée poétique incontournable au devenir de l’être. En effet, l’errance compose avec le voyage et ses mystères ; elle compose avec le dynamisme de l’enfance et ses secrets ; elle compose avec le départ et ses énigmes ; elle compose avec le changement et ses airs. L’errance est une expérience qui met l’être face à lui-même. Elle lui rappelle son origine première : une entité qui s’abandonne pour se retrouver. L’errance est donc poésie dès lors qu’elle émane d’une nostalgie enfouie dans le for intérieur de l’être. Celui-ci erre à la conquête de ses traces initiales qui le définissent ontologiquement.
Anthropologiquement, l’errance aide à connaître l’autre, sa culture et sa nature. L’anthropologie dans cette optique peut passer pour l’art de l’errance en ceci qu’elle permet aux anthropologues de saisir la particularité de l’autre. Elle est une ouverture sur le divers et l’exotique, sur l’ailleurs et le dehors. L’errance traduit également une expérience mystique qui se tisse entre l’être et le monde. L’errance est méditation, spéculation et exploration du désert de l’âme. L’errance dans son sens existentiel s’accompagne du silence, elle se contente du voir, sentir, goûter, toucher et ouïr. Elle éveille les sens et épanouit les cœurs. L’esthétique de l’errance se fonde sur le plaisir de l’errance. L’être erre non seulement pour vaincre sa solitude ontologique, mais plutôt et surtout pour se rencontrer à travers la rencontre de l’autre. Ainsi, la quête du métaphysiquement autre, de l’invisible, commence-t-elle chez l’être à partir du moment où il a peur du «rien» comme forme d’impasse ontologique. La métaphysique permet à l’être de s’ouvrir sur le dehors comme horizon de possible. Force est de constater, par la suite, que le métaphysiquement correct demeure l’ « il y a », c’est-à-dire la possibilité de l’existence d’un « derrière » assurant au même confiance et sécurité. Ce derrière, ce dehors, cet « il y a » sont la trace de l’autre dans le monde. Sa trace conçue comme différence et comme suite dans le temps et dans l’espace de l’expérience de l’existence du même. Dans ce sens, l’errance programme la pensée philosophique et programme la vie nomade. L’être des temps modernes nomadise au quotidien de son chez soi au lieu de son travail, il nomadise d’une chaîne télévisée à une autre, il nomadise d’un état psychique à un autre, il nomadise d’un problème à un autre ou d’un bonheur à un autre, il nomadise d’un parti politique à un autre, il nomadise entre son épouse, ses enfants, ses amis et ses collègues. Le nomadisme est, pour ainsi dire, une condition d’être. Il façonne l’être et l’oblige à conditionner son existence suivant la logique du nomadisme moderne. Le nomadisme est devenu aujourd’hui une culture fondée sur le besoin et le plaisir de nomadiser. Le nomadisme ici compose avec le retour du sauvage, le retour de l’innocent, le retour du naturel. Les temps modernes sont devenus par excellence les temps d’un nomadisme ontologique qui rend hommage aux sens de la solitude et de l’étrangeté…

Atmane Bissani
Mercredi 6 Avril 2011

Lu 403 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs