Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fenêtre... : Le sens philosophique de la communication




Dans son acception la plus large, la philosophie est une pratique de libération de l’énergie d’intellectualisation et de conscientisation de la réalité humaine dans les différentes relations qu’elle tisse avec le monde/réalité. Dans son acception la plus restreinte, la philosophie est une pratique quotidienne qui permet à l’être d’être, et ce à travers la possibilité de s’exprimer librement, de penser différemment et de communiquer spontanément. Il s’agit de pouvoir philosopher, tout simplement, dans le sens qu’en propose André comte-Sponville dans ses méditations philosophiques qui visent la vulgarisation et la simplification de la philosophie. Ainsi, la philosophie est une communication qui nécessite l’effort de connaître l’autre en vue de se connaître soi-même. Dans ce sens, la communication acquiert le statut d’une ouverture sur l’énigme d’être qui ne fait que reposer la problématique de la théorie de l’Etre. Pour répondre donc à la question : qu’est-ce que l’Etre ?, il faut commencer par poser la question : qu’est-ce que la communication ? Pourquoi avons-nous besoin de communiquer ? Il faut dire de prime abord que la communication en tant que pratique interhumaine et interculturelle est placée au centre des grands débats philosophiques entamés par les philosophes de par le monde entier. La phénoménalité de la commination engage un système de pensée qui cesse de voir en elle une simple structure linguistique qui définit le circuit que parcoure un message entre un émetteur et un récepteur. Dans cette otique, la communication dans son acception philosophique excède toute volonté visant la restriction de sa fonctionnalité comme moyen de transmission d’un message à autrui. Ainsi revêt-elle une autre fonction fort délicate et fort décisive quant à la relation à l’autre : traduire un besoin existentiel dont les tenants et les aboutissants ne sont autres que le devenir de la société humaine dans sa globalité. Acte de transcendance de la logique du solipsisme, la communication déjoue les dispositifs de l’individualisme chaotique. Acte de restructuration de la notion de l’ipséité, c'est-à-dire la conscience de n’être que soi-même, la communication philosophique forge le concept d’altérité qui permet à la différence de jaillir des abîmes de l’indifférence. Prise dans son sens philosophique, la communication ne représente jamais un point final ; elle est un éternel commencement/recommencement d’un dialogue infini entre le même et l’autre. La communication est une déconstruction de la centralité du centre en ceci qu’elle ne produit plus de sens mais elle lui permet de jouir de sa possibilité/impossibilité selon les contextes et les compréhensions qui le déterminent. Sociale, politique, amoureuse, pédagogique ou culturel, la communication se déploie sur plusieurs niveaux de la vie humaine. Son agir s’avère être la fabrique d’un espace public fiable et capable de permettre aux différences de se rejoindre dans l’essentiel : le droit d’être. Face à la montée de la spirale de la violence et du terrorisme, la communication s’essaie à la production d’un esprit de mansuétude, de partage et d’échange interhumain et interculturel. Lorsqu’elle est universellement actualisée, la communication programme le devenir être et définit l’Etre comme relations communicationnelles qui s’enchevêtrent pour dialoguer et s’accepter comme différences. Tout dialogue dans le cosmos. La nature est un dialogue ouvert entre ses différentes composantes. El qu’en est-il de l’être humain ? C’est malheureux que le principe de base qui particularise l’homme soit passé inaperçu dans le monde des calculs. Ce principe de base demeure la capacité de l’homme de faire valoir le droit à la différence et de permettre à l’acte de communiquer, acte ontologique dans sa quiddité, de retrouver toute son aura et toute son énergie rédemptrice des aléas de l’incommunicabilité. Que dire de mieux sinon ce mot du philosophe Alain qui écrit dans Propos sur le bonheur que « l’homme véritable se secoue et fait l’avenir. »… 

Atmane Bissani
Jeudi 6 Mai 2010

Lu 550 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs