Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fenêtre : Le sens adret et le sens ubac




Commençons cette chronique par ce mot de Blaise Pascal : «Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà. » Tout se passe ici comme si le philosophe français voulait nous dire que la vérité en tant qu’absolu n’existe pas dès lors que sa vérification et sa représentation diffèrent d’une personne à une autre et d’une culture à une autre. Tout se passe aussi comme si l’affirmation d’une vérité était au fond une infirmation de cette même vérité. A tout temps sa vérité et à toute époque sa logique. Le sens n’est pas « un » puisque nous sommes plusieurs à le quêter. Entre le disponible et l’indisponible, entre le pensable et l’impensable, le sens erre comme « chose » et comme « objet » de la providence : il est ce qu’il n’est pas et il n’est pas ce qu’il est car il est éternellement condamné à se faire et à se fabriquer sur le tas. Qu’il s’agisse de l’être humain ou des choses du monde, le sens est toujours ce fantôme dont-on prétend l’existence bien que rien ne la prouve, et cette énergie dont-on ignore le fonctionnement alors que sa trace est incontestable. Dans ce sens, que dire de la nature ? La nature est faite de manière à faire valoir le sens de la différence et de la diversité. Rien qu’en méditant une montagne, bien qu’elle soit, visiblement, monolithique,  on s’aperçoit aisément que sa nature initiale n’est pas l’identité mais plutôt l’altérité. En effet, toute montagne est composée de deux versants : l’un est exposé au soleil et il s’appelle le versant adret ; l’autre est exposé à l’ombre, et il s’appelle le versant ubac. Je trouve ce rapport « adret/ubac » fort révélateur et fort significatif en ceci qu’il est applicable à la réalité humaine et à la réalité du sens. L’être humain a un sens adret et un sens ubac, cela va de soi si l’on considère la dimension absconse qui définit la nature humaine. L’homme communique ce qu’il ne communique pas par le refus et l’abstention de dévoilement. Il a tendance à cacher son sens ubac et oublie que le sens adret ne trompe pas la vigilance de l’observation. En fin sémioticien, Roland Barthes parle de ce qu’il appelle « le troisième sens », c'est-à-dire le sens qu’on ne voit pas mais qui est là, occulté, perdu, délaissé, certes, mais prêt à se dévoiler à l’œil séducteur et charmeur sans pour autant prétendre être définitif. L’auteur de « L’obvie et l’obtus » (Seuil, 1982) distingue trois niveaux relatifs à la formation du sens : le niveau informatif (dédié à la communication), le niveau symbolique (dédié à la signification) et le troisième niveau ? C’est le niveau de la « signifiance », c’est dire le sens qui, Roland Barthes le dit, vient « en trop » puisqu’il est « têtu et fuyant, lisse et échappée. » Roland Barthes parle dans cette optique du sens « obvie » et du sens « obtus. » Le sens a toujours été le lieu de controverses et de polémiques entre spécialistes et non spécialistes. Il a toujours fait couler énormément d’encre car il s’avère et s’avérera constamment l’énigme qui motive le travail de la raison, du cœur ou de la Lettre. Traiter du sens, c’est traiter de la connaissance dans une acception plus large, et traiter de la connaissance c’est penser l’être dans ce qu’il a de plus intime : sa signification. Le sens adret et le sens ubac  nous apprennent à alimenter le sens de la séparation : se séparer du sens absolu qui marque l’appartenance et la dépendance pour s’initier à un/d’autres sens qui marque/ent l’indépendance et la liberté. L’exemple à donner ici reste la montagne, exemple déjà cité,  qui, bien qu’en apparence elle forme un seul bloc, elle ne recèle pas le même sens, elle est obligée de vivre sous la merci de l’adret et de l’ubac. L’être humain est identique à la montagne car il possède une part d’ombre qui le distingue, c’est son sens, sa trace, son secret, sa prison et sa solitude que seul l’exercice de la parole et de la fréquentation est capable de sonder. Le sens de la philosophie est, généralement, fondé sur la dichotomie adret/ubac, c’est dire que, à proprement parler,  la réflexion philosophique part de l’incertitude pour accéder à une certaine vérité qui n’est pas la vérité mais quelque chose qui lui ressemblerait. A chacun sa vérité et à chacun sa vision du monde. La raison, si raison il y a, veut que l’énergie et la compétence d’analyse que déploie l’être dans la compréhension du monde et ses choses, s’orientent vers la création d’un compromis d’entente entre le sens adret et le sens ubac, entre le clair et l’obscur, entre la lumière et la pénombre, car la seule et unique vérité qui soit dans le monde des êtres et des objets demeure l’absence de vérité absolue : «Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà », pour reprendre Blaise Pascale derechef… 

Atmane Bissani
Jeudi 31 Mars 2011

Lu 425 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs