Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fenêtre... : Hospitalités




Qu’est-ce que l’hospitalité ? Qu’est-ce que le don ? Qu’est-ce que le partage ? Si les interrogations pullulent, la réponse, elle, demeure une : hospitalité, don ou partage signifient tout simplement accepter volontairement de s’ouvrir sur l’autre. Autrement dit, le don, le partage et l’ouverture sont les manifestations concrètes de cette relation à l’autre, laquelle relation se veut essentiellement spontanée et dépourvue de toute sorte de conditionnement. En effet, le fait de conditionner les relations interhumaines crée un blocage communicationnel de taille, ce qui, logiquement, ne permet pas la fluidité dans le discours et obstrue les voies possibles d’entente. Pour Jacques Derrida, l’hospitalité doit être inconditionnelle, c’est dire volontaire, spontanée, une hospitalité qui n’impose ni pose rien d’impossible. Dans ce sens, l’hospitalité tisse des rapports fort épais avec la logique de l’altérité, laquelle se fonde philosophiquement sur l’acceptation inconditionnée et inconditionnelle de l’autre dans sa différence. L’hospitalité rejoint ici l’une des régions de l’être les plus significative, à savoir son humanisme. L’hospitalité est née effectivement d’un sentiment humain, d’une promesse de changement de cap, de la volonté de tolérer et de pardonner. Dans l’hospitalité inconditionnelle, le donneur reçoit avant le récepteur, et le récepteur, lui, se sent donneur à son tour de quelque chose qui lui est propre, son sourire, sa voix, son odeur, ses mots, etc. Est-il un hasard si le dictionnaire français, Le petit Robert en l’occurrence, définit le mot « hôte » à la fois comme « personne qui donne l’hospitalité, qui reçoit quelqu’un » et, un peu plus loin, comme « personne qui reçoit l’hospitalité. » Donner donc c’est recevoir, et recevoir c’est donner. L’hospitalité est une amitié qui couvre tous les domaines de la vie humaine. Ainsi, pourra-t-on parler d’hospitalités sociale, politique, idéologique, etc. Si l’hospitalité est un accueil de l’étranger, voire même de l’étrangeté, l’étranger et l’étrangeté s’avèrent être le motif harmonieux qui anime la volonté de donner et de recevoir. Il est manifeste que la différence se place toujours au centre des discussions (conflits ?) sociaux, politiques et idéologiques, l’hospitalité, si hospitalité il y a, intervient pour lubrifier et amadouer le litige. Dans cette optique, l’hospitalité opère simultanément comme accueillante du différent et comme régulatrice du différend. L’hospitalité engage l’hôte (donneur et/ou récepteur de l’hospitalité) à calculer la distance entre l’amitié et l’inimitié, entre le devoir et le droit, entre le pensable et l’impensable, car  l’hospitalité inconditionnelle suppose le bon sens et la bonne foi de la part de celui qui donne et de celui qui reçoit. Dans une perspective universelle, le monde actuel souffre d’un déficit énorme en matière d’hospitalité. Ce déficit d’hospitalité  engendre les actes barbares qui terrorisent la tranquillité de tous les citoyens du monde. Il s’agit là de l’hospitalité dans son sens pragmatique et courant qui signifie discourir avec autrui, dans la langue d’autrui, accepter la religion d’autrui, son rituel et sa culture. Tout comme l’amitié, tout comme l’amour, l’hospitalité n’épargne pas l’erreur, elle n’exclut point l’inattention, elle n’éloigne jamais le malentendu car telle est sa spécificité. Toutefois, comme dans l’amitié, comme dans l’amour, elle ne peut guère tolérer la préméditation. L’hospitalité est respect, confiance et foi. Elle est force lorsqu’elle provient du cœur, courage lorsqu’elle émane de la raison, volonté lorsqu’elle vient des convictions et sagesse lorsqu’elle se laisse engendrer par l’art de la méditation. L’hospitalité n’a pas de lieu précis, elle n’a pas de temps exact. Son lieu est le non lieu, son temps est tous les temps en ceci qu’elle se rapporte à toute l’humanité. La lecture est hospitalité, l’écriture est hospitalité, le volontariat est hospitalité, le bénévolat est hospitalité, la paix est hospitalité, la tolérance est hospitalité. Fondement de l’avenir, structuration du devenir de l’humanité, l’hospitalité est réactualisation du sens/essence de  l’humain. Après la deuxième guerre mondiale, la conscience humaine était tellement déchirée que les philosophes commençaient à s’interroger sur le sens de l’histoire, le sens de l’oubli, le sens du mal, le sens du pardon et le sens de la tolérance. L’hospitalité était le mot d’ordre qui résumait toutes ces notions, elle était une nouvelle pratique d’être… 

Atmane Bissani
Jeudi 23 Décembre 2010

Lu 144 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs