Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fenêtre : Baruch Spinoza, pour une pensée libre




Fenêtre : Baruch Spinoza, pour une pensée libre
«La forme coûte cher », disait Paul Valéry, « La pensée libre coûte trop cher », dira-t-on aujourd’hui. Les chemins de liberté nécessitent la force de la pensée et la volonté du changement. Pour cheminer fièrement et dignement, il faut consentir à marcher sur la braise des idées et endurer la douleur de l’intellection. Les chemins de liberté ne peuvent se tracer qu’en concomitance avec la logique de la pensée qui, elle, fonctionne comme moteur d’animation/réanimation des structures de mobilisation contre toute volonté d’endoctrinement et de réduction de l’être, « sujet » libre et responsable. Dans cette perspective, l’Histoire des idées et tellement riche d’expériences de revendication d’une pensée libre et libérée du ligotage des formes de « penser » caduques et intransigeantes qu’on ne saurait les cerner toutes. Parmi ces expériences de pensée libre, celle du philosophe Baruch Spinoza demeure d’une actualité fort frappante. En effet, la pensée de Baruch Spinoza, accusé d’hérésie, revêt une importance incontestable dans le monde d’aujourd’hui. C’est là une pensée qui jaillit du grand débat qu’eut connu l’Europe à un moment donné de son histoire concernant le rapport entre Religion et Politique. Il s’agit pour Spinoza ici d’un rapport fort problématique dès lors qu’il définit le sens même de la modernité. Spinoza avait pour ambition primordiale la définition et la délimitation des champs d’investissement de la Religion et de la Politique, le Spirituel et le Temporel. Il sépare donc le pontificat comme étant la fonction du religieux qui s’applique au seul monde de la religion, c’est-à-dire le spirituel,  du principat comme étant la fonction du politique qui s’applique au monde de la politique, c’est-à-dire le temporel. Il voit que la philosophie, fondement de la pensée libre et de la loi de juger, ne peut en rien porter atteinte ni à la paix, ni à l’Etat et ne mènera point à la débauche et à la perversité. Spinoza militait pour la liberté d’Etre, structure inhérente à la liberté d’expression et au droit à la différence. Pour Spinoza, le droit à la philosophie, contrairement à ce qu’en pensent les religieux, est le seul moyen permettant à la paix de s’établir dans la société et aux citoyens de coexister. Seule la jouissance que procure la pratique philosophique aux individus peut être égale à leur jouissance d’être libres dans une société qui leur permet de vivre un épanouissement inconditionnel. Pour rendre sa pensée accessible Spinoza a écrit, dans un climat d’effervescence théologique, « Traité des autorités théologique et politique », livre fondateur quant à sa vision du monde. Il y traite rationnellement des sujets si délicats que Descartes n’avait pas l’audace d’approcher tels la prophétie, c’est-à-dire la révélation, et le miracle. Ceci laisse entendre que pour Spinoza le philosophe rationaliste pense et étudie la Nature loin de l’influence des textes sacrés. C’est justement en cela qu’il se distingue du religieux qui suit à la lettre les contenus des textes sacrés sans pour autant s’interroger sur les principes philosophiques et rationnels qui s’avèrent des déterminants externes à la prophétie. Pour Spinoza, il faut passer du texte sacré en tant que produit de l’imagination pure et nette au texte de la raison en tant que produit de l’entendement conscientiel. Dans « Traité des autorités théologique et politique », Spinoza considère que la prophétie, fondée essentiellement sur l’effort imaginatif, diffère d’un prophète à un autre. Elle est pour ainsi dire suggestionnée par les contextes historiques dans lesquels se situent les prophètes et surtout par leurs tempéraments. De même pour les miracles qui, selon lui toujours, constituent des événements qui puissent arriver naturellement et point surnaturellement. La leçon spinoziste qui s’inscrit dans un cadre historico-critique de la religion, biblique en l’occurrence, se déploie loin des superstitions et des illusions qui déforment le sens de la liberté humaine fondée sur la raison et rien que la raison. Méthodologiquement, Spinoza et cartésien. Il applique aux textes sacrés la science de l’interprétation libre qui le conduit non seulement à leur proposer une nouvelle explication mais surtout à nier les miracles qu’ils contiennent. D’où son rationalisme absolu. D’où son esprit critique et acerbe à l’égard des autorités religieuses qui faussent le cheminement de la pensée libre et rationnelle. Résumant sa pensée telle qu’il la développe tout au long de « Traité des autorités théologique et politique », Spinoza pose avec tant de certitude et de clarté qu’« il est impossible de priver les individus de la liberté d’exprimer ce qu’ils pensent. » Bien qu’il ait été mal compris en son temps et de son vivant, comme c’est le cas pour bon nombre de penseurs et de philosophes de par le monde entier, Baruch Spinoza demeure d’une actualité surprenante, une actualité qui émane de la lumière de la raison. Si le retour à la pensée de Baruch Spinoza est aujourd’hui un devoir, c’est parce que le dogmatisme et le prosélytisme sont en passe de gagner et de métamorphoser l’espace public.…

Atmane Bissani
Jeudi 15 Décembre 2011

Lu 1074 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs