Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fenêtre : Attendre




L’attente a  toujours été considérée comme l’une des manifestations de la difficulté d’être dans le monde et d’habiter le monde. Existentiellement, l’attente se définit essentiellement par l’absence de repères salvateurs. Il s’agit là d’une errance dont les tenants et aboutissants sont lamentablement voués aux énigmes du hasard. Attendre c’est nourrir l’espoir dans la douleur du désespoir. C’est remplir le vide que crée l’absence d’une lumière possible, par une sensibilité créatrice et audacieuse habilitée à tolérer la démesure et le dérapage psychosomatique que vit l’être en attente. Attendre c’est attendre quelque chose. Mais attendre peut aussi être n’attendre rien. L’être attend des choses de la vie, certes. Mais qu’attend-il de la mort? Le souhait vide l’épreuve d’attendre de sa logique infernale, car attendre ne répond pas fatalement à un besoin mais forcément à une expérience faite à la fois de douleur et de bonheur. D’où, j’attends donc je suis. D’où, également, je n’attends pas donc je suis. Tout se joue ici entre l’ « être » et l’  « avoir », entre la dynamique interne qui gère l’expérience d’être, c’est dire être déterminé par la « nature » d’être, et la dynamique externe qui conduit cette expérience, c’est dire être défini par la « culture » d’être. Alors que l’être naturel vit l’expérience d’attendre comme expérience limite de son enracinement dans les limbes de l’infini et du spirituel, l’être de la culture, lui, vit cette même expérience comme expérience de son enracinement dans les gouffres du fini et du temporel. Attendre peut ronger de l’intérieur comme il peut participer positivement de la fabrique de l’espoir. Toujours est-il que l’attente est à la défensive. Tout se passe ici comme si l’être se laissait développer en soi un mécanisme psychosomatique de lutte contre le vide et le marasme que stipulent l’échec et le délaissement existentiels dans son âme. L’être n’attend donc pas par courage mais plutôt par peur. C’est parce que l’être a peur de perdre qu’il attend. C’est parce qu’il a peur d’être abandonné qu’il nourrit l’espoir de ne pas l’être. C’est parce que Vladimir et Estragon ont peur de périr qu’ils passent toute leur vie durant à attendre Godot qui ne viendra jamais. La peur, la solitude et le sentiment d’infériorité alimentent tous l’expérience d’attendre. C’est pourquoi il n’y a pas d’attente sans angoisse comme il n’y a pas d’angoisse sans attente. Dialectiquement, « attente » et « angoisse » fonctionnent en tandem. Si, en effet, l’angoisse ontologique définit la nature d’être de l’être, l’attente, quant à elle, vise l’apaisement de cette angoisse du fait que l’attente est une animation du fonctionnement de l’organisme dans son sens biologique. Les images sont si nombreuses que les métaphores ne suffisent pas à cerner tous les types et toutes les formes d’attente. Le poète attend l’avènement d’un vers comme la mère celui d’un enfant. L’amant attend l’arrivée de sa maîtresse comme le paysan celle de la pluie. L’artiste peintre attend le jaillissement d’une couleur comme le mystique celui d’une illumination. L’attente cultive la patience. Elle s’inscrit dans la lignée du temps qui, parfois, traverse nonchalamment les douleurs et les angoisses des personnes qui attendent. C’est ainsi que le temps, facteur déterminant dans toute expérience d’attendre, se fait lui-même attendre et prier de fonctionner an faveur des êtres en désolation. L’attente s’apprend et apprend. Elle s’apprend, et c’est là son côté négatif, comme manière de faire face, comme méthode de lutte passive et pacifique. Elle apprend, et c’est là son côté positif, à l’être de ne plus être dans la passivité et de passer à l’action, de s’autoriser de soi-même afin de sortir du bourbier. Dans ce cadre, attendre revient à dire être dépendant, être sans volonté, être-là, dans l’inutilité. Dans l’attente rien n’est sûr mais tout est possible, tous les calculs sont faux et toutes les hypothèses sont justes. Aussi, l’« attente » finit-elle par devenir synonyme de la « vie » dès lors que toutes les deux restent absconses et pas certaines. Vivre c’est attendre et attendre c’est vivre. Dans l’expérience de la vie comme dans celle de l’attente, l’inconnu et l’imprévu entrent toujours en ligne de mire et fonctionnent comme lignes de fuites capables de dysfonctionner tout fonctionnement et déprogrammer toute programmation…


Atmane Bissani
Jeudi 6 Janvier 2011

Lu 225 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs