Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fatima-Zahra Lahlou, Doukkali et Souiri dans une soirée de gala




Fatima-Zahra Lahlou, Doukkali et Souiri dans une soirée de gala
Le Lions Club de Rabat a organisé récemment une soirée de gala au profit d’une institution d’œuvres sociales et en faveur des enfants défavorisés de l'Ecole Hoummane Fetouaki à Ain Atik.   Fatima-Zahra Lahlou, Abdelouahab Doukkali et Abderrahim Souiri ont animé cette soirée en présence d’un public nombreux. Fatima-Zahra Lahlou a puisé dans son répertoire composé de chansons classiques en plus d’autres inspirées du patrimoine maghrébin. Cette chanteuse qu'on ne voit presque plus à la télévision est, par contre, présente sur les ondes des radios et dans les soirées et les festivals. "Je ne crois pas que je suis absente. Peut-être au niveau des médias, mais pas en ce qui concerne les manifestations culturelles et les festivals", avait-elle précisé.
Après avoir tenté une expérience caractérisée par une fusion entre le style occidental et le gnaoui, elle s’est retournée vers le style chgouri dont elle est une férue. A ce titre, elle avait déclaré : "J'adore le chgouri bayati, mais j'ai du mal à trouver des compositeurs qui excellent dans ce genre. Je le considère comme un genre agréable et particulier. On commence à le retrouver dans les chansons maghrébines et même orientales. Des artistes orientaux ont commencé à s'adonner à ce genre musical, en plus. J'estime qu'il correspond bien à mes capacités vocales. C'est pourquoi j'ai choisi de rependre la chanson de "Lamouni ligharoumini" en lui ajoutant un nouvel arrangement musical et un esprit innovant et jeune". "D'ailleurs, ajoute-t-elle, je pense que la reprise de cette chanson a été une vraie occasion pour la jeune génération de connaître des artistes de grand calibre tels que Salim Hilali et Hadi Jouini, deux phénomènes de la chanson maghrébine méconnus aujourd'hui et à qui la chanson maghrébine doit beaucoup".
Fatima-Zahra Lahlou ne manque donc pas d'aller se ressourcer de temps à autre dans le patrimoine maghrébin, une façon, selon elle, de le faire connaître aux jeunes surtout, et une manière aussi de rendre hommage à cet art qui a marqué les esprits à une certaine époque. Cet intérêt lui avait d'ailleurs valu des prix et une grande reconnaissance.

Par Abdessalam Khatib
Samedi 14 Avril 2012

Lu 1189 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs