Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fatima Ifriqui : "Les programmes de la première chaîne ne répondent à aucune logique"




Fatima Ifriqui : "Les programmes de la première chaîne ne répondent à aucune logique"
L'animatrice d’"Al Oula", Fatima Ifriqui, n'est pas du tout contente et elle le fait savoir. Elle dénonce haut et fort ce qui se passe à la première chaîne et qui nuit, selon elle, avant toute chose, aux téléspectateurs._ "Aucune logique ne peut expliquer les agissements des responsables de la première chaîne, à part celle de faire plaisir et servir les intérêts de certaines maisons de production", souligne-t-elle._ En effet, à observer la grille des programme d’"Al Oula", on constate qu'il n'existe aucune logique quant au choix des émissions. De même, on se demande comment certaines maisons de production s'accaparent la totalité de ce qui est produit._"Les responsables ignorent complètement les potentialités qui existent et font en sorte qu'elles soient marginalisées", souligne-t-elle encore avec beaucoup d'amertume._"Il ne s'agit pas, selon Fatima Ifriqui, de rester les bras croisés en attendant la fin du mois. Oui, à la fin du mois, tout le monde est payé mais ce n'est pas une raison d’ignorer les gens qui ont passé des années à la boîte"._
Le simple observateur constatera qu'une maison de production monopolise l'essentiel de ce qui passe à la télévision. Cela a commencé par "Al Kadam Dahabi", puis il y a eu "Lalla Laâroussa", "Comedia" et "Comedia show" et maintenant, c'est la soirée du samedi. Il y a vraiment de quoi se poser des questions._
Pour Fatima Ifriqui, ces relations entre les responsables et ceux qui profitent des budgets de production sont très ambiguës. "La boite de production est gagnante à tous les coups, alors que les responsables s'évertuent à justifier les grandes sommes d'argent dépensées._" La grille des programmes ne répond d'aucune logique. Elle n'est pas élaborée selon une étude qui définit les priorités et les choix des téléspectateurs. C'est du n'importe quoi, on mijote n'importe quoi et on le propose au téléspectateur qui est le grand perdant", souligne encore Fatima Ifriqui._ "Quand on nous regarde de l'étranger, on va croire que le Maroc est un pays très sous-développé, un pays où il n'existe aucune activité culturelle et où il ne se passe rien, alors que le Maroc est, au contraire, un pays qui bouge beaucoup, un pays qui connaît beaucoup de changements", explique-t-elle. La grille des programmes laisse beaucoup à désirer. Des productions turques et mexicaines à longueur de journée et presque aucune production marocaine intéressante à part "Macharif" qui vit comme une petite île en plein océan.
Un signal d'alarme, oui. Fatima Ifriqui rend un grand service au pays en dénonçant la situation malsaine qui prévaut à "Al Oula". Il appartient aux responsables de la communication de se pencher sérieusement sur cette question qui porte atteinte à l'image du pays et nuit à sa réputation.

Par Abdessalam Khatib
Samedi 22 Octobre 2011

Lu 1945 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs