Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Farid Regragui court toujours après son cachet

L’humoriste contraint de recourir à la justice




Farid Regragui court  toujours après son cachet
Farid Regragui s’est dirigé, lundi dernier, au tribunal de première instance de Salé. Ce n’est point pour les besoins d’un nouveau tournage. Mais il s’agit, bel et bien, d’une affaire judiciaire qui le met aux prises avec un autre « collègue » de la même corporation, à savoir le réalisateur Mohamed Lyounsi, en tant que responsable juridique de la société Médina production. Ce dernier est accusé d’avoir « remis à l’acteur un chèque sans provision». 
Les faits : au début 2013, Lyounsi avait contacté Regragui pour discuter des modalités professionnelles et financières du tournage d’un nouveau long-métrage, dans l’Oriental.  Les deux hommes se sont mis d’accord, et ont conclu un contrat en bonne et due forme. Lequel contrat stipulait que le comédien allait être rémunéré pour ses services en fin décembre 2013. Chose faite, Regragui dispose d’un chèque de l’ordre de 40.000 DH, signé à Oujda le 24 décembre 2013. 
Le réalisateur et responsable de la société de production a, en même temps, demandé aux comédiens et techniciens de ne pas tirer leurs chèques et d’attendre le versement de la prochaine tranche de la subvention du Centre cinématographique marocain (CCM). « Cela se fait, et on s’est tous mis d’accord, sans problème», explique le comédien, qui a tenu ses engagements. Il a dû attendre cinq mois avant d’être informé par un employé de la société en question qu’il pouvait encaisser son chèque, l’argent de la subvention étant déjà versé sur le compte de la société susmentionnée. 
Hélas, l’acteur allait découvrir que son chèque était sans provision ! « Ma réaction a été d’appeler le  concerné, Mohamed Lyounsi, en vain. Le réalisateur et responsable de ladite société n’a jamais daigné me répondre. De plus, les amis qui sont intervenus auprès de lui, pour  tenter de régler à l’amiable ce différend ont toujours eu une seule réponse : On ne peut rien faire pour lui ! ».
Un désengagement et une irresponsabilité qui ont poussé Farid Regragui à choisir la voie de la justice. « Je ne suis jamais, jusqu’ici, arrivé à ce point. C’est normal que certains problèmes surgissent au cours de notre travail, mais j’ai toujours réglé mes problèmes de manière amicale avec mes collègues et amis. Avec  Lyounsi, la question a pris une tournure regrettable. Je dois dire que les gens qui m’avaient mis en garde contre un tel comportement avaient raison », nous confie le comédien.  

Mustapha Elouizi
Samedi 19 Avril 2014

Lu 1329 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs