Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Faouzi Benzarti : Remettre les pieds sur terre et travailler pour être les meilleurs en championnat et en Ligue des champions




Faouzi Benzarti : Remettre les pieds sur  terre et travailler pour être les meilleurs  en championnat et en Ligue des champions
Dans un entretien accordé à notre confrère Al Ittihad Al Ichtiraki, le Tunisien Faouzi El Benzerti, nouvel entraîneur du Raja de Casablanca, s’est exprimé sur l’exploit phénoménal de son équipe lors de la Coupe du monde des clubs 2013 et de ses visées à long terme en compagnie des Verts. 
 « En rejoignant le Raja, affirme t-il,  je ne m’étais pas particulièrement fixé sur cette participation à la Coupe du monde des clubs. Mais je visais plutôt le long terme. 
Pour que le Raja occupe la place qui lui revient, en tant que l’un des leaders du football arabe et africain ». 
Ce qui ne l’a pas empêché de déclarer qu’il assumait pleinement ses responsabilités en tant qu’entraîneur  du Raja dans cette Coupe du monde des clubs.  «Je venais d’atterrir certes, explique ce coach professionnel, mais je devais absolument mettre les joueurs en confiance lors de cette compétition internationale. Nous avons travaillé le côté tactique mais l’essentiel pour nous était la préparation psychologique des joueurs. Il fallait les rassurer, les rendre pleinement conscients de leurs capacités et de leurs performances, d’autant plus qu’il y a parmi eux des joueurs tout à fait exceptionnels. C’est ainsi qu’ils ont pu dépasser les différentes contraintes, pour le plus grand bonheur, des supporters rajaouis  mais aussi de l’ensemble des Marocains et même des Arabes. Nous avons pu démontrer que le joueur marocain et arabe n’a rien à envier aux grandes stars du football international ».  A propos du match contre les Brésiliens de l’Athlético Mineiro, celui qu’on surnomme, à juste titre, M. Pressing, a précisé qu’il a tout fait pour persuader les joueurs qu’ils devaient absolument remporter la victoire.  «Car ça a toujours été ma façon de faire, affirme t-il. J’explique d’emblée à mes joueurs qu’il est de notre devoir de gagner. Mais si jamais la victoire n’est pas au rendez-vous, on finit par dédramatiser. 
C’est la loi du sport. D’autre part, j’ai évité, dans mes différentes déclarations à la presse, d’accorder trop d’importance à l’adversaire. Pour que mes joueurs restent confiants. J’étais loin de méconnaître la grande qualité de nos adversaires, mais il fallait bien jouer sur le facteur psychologique, dont chacun sait le rôle prépondérant en foot».  «Ce qui manque aux footballeurs dans l’ensemble du monde arabe, ajoute t-il, c’est la préparation psychologique.  Il y a de très grands joueurs mais ce côté psychologique leur fait défaut. Et il faut absolument se pencher sur cela, en abordant les différents aspects de la personnalité du joueur. Et en se demandant : quels sont les principaux traits de sa personnalité? Quels sont les mécanismes psychologiques qui lui permettent d’affronter l’adversaire? Comment se comporte t-il dans la rue? Quelles sont ces capacités de communication? Quelle est sa relation avec l’autre? Tout en sachant que les Européens accordent une grande importance à l’aspect psychologique chez le footballeur, depuis son jeune âge. Car un joueur professionnel, quel que soit son talent, ne pourrait s’épanouir pleinement sans ce travail psychologique sur soi-même ».
Evoquant l’avenir, M.Benzerti a affirmé qu’il va falloir remettre les pieds sur terre et travailler pour être les meilleurs dans le championnat et dans la Ligue des champions. «Car après pareille action d’éclat, souligne t-il, on n’a plus le droit à l’erreur.  Puisque rien n’est définitivement acquis en matière de football. Nous comptons donc travailler, dans l’avenir, aussi bien sur le plan technique que sur le plan psychologique pour pouvoir répondre aux attentes de nos supporters».  
Enfin, l’entraîneur tunisien a salué tout particulièrement  le public marocain qui a soutenu les Verts de la manière la plus extraordinaire qui soit. « C’est grâce à ce public merveilleux que nous avons pu dépasser certains moments difficiles. Il a vraiment su nous donner un formidable élan », conclut-il. 
Pour rappel, le Raja a terminé deuxième au Mondial FIFA des clubs et ce, après avoir perdu en finale face au club allemand du Bayern Munich par deux buts à un. Avant d’accéder en finale, les Verts avaient éliminé au match barrage les Néo-Zélandais de FC Auckland City (2-0), les Mexicains de Monterry aux quarts (2-1) et les Brésiliens de l’Atletico Mineiro en demi-finale (3-1). 

Mehdi Ouassat
Vendredi 27 Décembre 2013

Lu 3449 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs