Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fanfaronnades à pleins tubes









Benkirane en flagrant délit de mégalomanie



La vanité de Benkirane n’a pas de limites. Il prétend que le PJD est la plus grande formation politique au Maroc et qu’il est même devenu une marque distinctive dans le champ politique marocain. «Le PJD n’est plus un parti parmi d’autres, il est devenu le plus grand et le mieux organisé d’entre eux. Il dirige aujourd’hui  le gouvernement et dispose du plus grand groupe parlementaire », a lancé le secrétaire général du parti de la Lampe  samedi dernier à Rabat avant d’ajouter : « Nous avons réussi à nous imposer car les citoyens ont pris conscience qu’on leur veut du bien. Même nos adversaires ont fini par nous reconnaître comme force politique ».   
Mais peut-on parler d’une « marque PJD » ? Le parti de la Lampe a-t-il réussi à devenir une : « construction de sens hautement organisée, où confluent éléments narratifs, fragments d’imaginaire, références socioculturelles, éléments archétypes, et tout autre composante pouvant contribuer à rendre ce monde significatif pour le destinataire.» ? 
Pour Mohamed Darif, politologue, l’utilisation du concept « marque politique » est considérée comme impertinente.   « Ce concept est étranger au lexique utilisé dans le champ politique national. Il s’agit d’un terme qui renvoie à  une autre réalité ; à savoir celle d’un Etat moderne, de partis modernes et d’un corps électoral bien organisé et conscient de ses choix. Au Maroc, on n’a pas encore franchi le stade de la politique. On est encore dans l’avant-politique », nous a-t-il précisé. En fait,  les marques, comme l’a bien expliqué Andrea Semprini, maître de conférences à l'Université de Montpellier III,  interviennent dans le processus de différenciation d’une offre concurrentielle (y compris politique) et dans le rôle critique visant à guider les individus dans leurs choix. Dans un contexte politique, la forme-marque permet à la fois de matérialiser et d’opérationnaliser le territoire d’un mandataire, son champ de valeurs et son « style », tout en  permettant une certaine stabilité/fixité identitaire propre au projet de marque bien défini dans un espace de marques hautement concurrentiel.
« Benkirane a l’habitude de faire des discours-fleuves et improvisés sans prendre conscience de ce qu’il dit. Notre homme s’est  lancé aujourd’hui dans une campagne électorale anticipée et tout genre de discours est permis pour discréditer ses adversaires politiques », a souligné Mohamed Darif avant de poursuivre : « Il est difficile de parler d’une marque PJD alors que ce parti n’a ni identité idéologique qui le différencie des autres acteurs de la scène politique marocaine, ni discours qui l’en démarque. Ceci d’autant plus qu’il manque jusqu’à aujourd’hui d’ancrage social et géographique fort et d’une élite éclairée porteuse d’un projet sociétal. Les derniers scandales moraux de certains membres de ce parti relayés par les médias et la mauvaise gestion du gouvernement ont fini par enraciner l’idée qu’il s’agit d’une formation politique tout à fait comme les autres et qu’elle a rien de spécifique ». 
Un état de fait des moins reluisants notamment avec un chef du gouvernement qui n’assume pas son rôle.  « Aujourd’hui, Benkirane se comporte comme un vieux politicien à la retraite. Il se contente de raconter des histoires à dormir debout sur sa vie personnelle et sur sa famille. Il a l’air de quelqu’un qui écrit à haute voix son autobiographie.  En d’autres termes, il n’exerce pas sa mission en tant que chef du gouvernement et partant ne communique pas en tant que tel.  Et chaque fois qu’il évoque ce sujet, il prétend qu’il est contrarié par les crocodiles et les démons», nous a souligné Mohamed Darif. Des propos qui ne vont certainement pas convaincre  Benkirane qui croit dur comme fer que les Marocains l’adulent. Il pense aussi que c’est le peuple qui l’a mis lui et son parti à la tête du gouvernement. Antoine de Saint-Exupéry avait certainement raison d’affirmer que : «Pour les vaniteux, les autres hommes sont des admirateurs». 
 

Hassan Bentaleb
Mercredi 5 Août 2015

Lu 1088 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs