Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Faits marquants de la troisième journée des JO 2016

De l'or et des sifflets sur fond de dopage




Le Chinois Sun Yang, suspendu trois mois pour un contrôle positif en 2014, a décroché l'or olympique mardi à Rio, où la Russe Yuliya Efimova, empêtrée dans les affaires, a été copieusement sifflée.
Les sifflets (appuyés) sont descendus des tribunes pour la présentation des nageurs. Ils visaient Yuliya Efimova avant le 100 m brasse, dont elle a pris la deuxième place.
Que dénonçaient les spectateurs ? Sans doute cette accumulation d'affaires autour d'Efimova depuis 2014. D'abord une suspension de 16 mois pour un contrôle positif à un stéroïde. Puis, en mars 2016, un nouveau contrôle positif, cette fois au Meldonium, un produit très à la mode dans le sport russe avant son interdiction le 1er janvier dernier. La sanction a finalement été levée et la nageuse blanchie.
"C'est triste que de nos jours, il y a des gens contrôlés positifs, même deux fois pour certains, qui ont quand même l'occasion de nager aux Jeux olympiques. Ça m'énerve", a rétorqué Michael Phelps.
Ce pedigree particulier avait incité la Fédération internationale (Fina) à la priver de JO le 25 juillet, comme six autres nageurs russes, à la suite des révélations du rapport McLaren sur le système de dopage d'Etat en Russie. Sanction levée vendredi dernier, juste avant la cérémonie d'ouverture, par le Comité international olympique (CIO).
Sa compatriote Viktoriia Andreeva a elle aussi été sifflée avant sa demi-finale du 200 m 4 nages.
L'accueil réservé au nouveau champion olympique du 200 m nage libre, le Chinois Sun Yang a été plus convenu. Pourtant, le double champion du monde en titre fut suspendu trois mois après un contrôle positif en 2014 à une molécule destinée à prévenir les angines de poitrine.
Et sa présence a été fustigée par certains de ses adversaires, comme l'Australien Mack Horton, médaillé d'or du 400 m libre.
L'équipe chinoise a exigé -en vain- des excuses du nageur australien, que les médias chinois ont traité d'"arrogant cynique" et "immoral".
"Quand je vois le podium du 200 m libre, ça me donne envie de vomir", a tonné le Français Camille Lacourt.
Loin des polémiques qui agitent les bassins, le titre de la gymnastique par équipes messieurs est revenu au Japon, porté par le "roi" Kohei Uchimura qui, bardé de titres individuels et qui brigue une deuxième médaille d'or au concours général, a enfin réussi son pari d'offrir un titre olympique à son pays, devant la Russie et la Chine.
Par ailleurs, le rugby à VII féminin, nouveau venu au programme olympique, a un premier champion : l'Australie, victorieuse de la Nouvelle-Zélande (24-17), alors que le bronze est revenu aux Canadiennes.
Shohei Ono efface le fiasco de Londres. Le judoka japonais, double champion du monde, est sacré champion olympique en -66 kg en battant en finale l'Azerbaïdjanais Rustam Orujov sur ippon. Il efface ainsi le fiasco de 2012 à Londres, où le Japon n'avait obtenu aucun titre en judo chez les messieurs. Le Brésil a lui décroché sa première médaille d'or, grâce à Rafaela Silva (-57 kg) en judo, alors que la chute des favoris se poursuit en tennis.
Déjà éliminé en simple, Novak Djokovic a aussi quitté l'épreuve du double. Le n°1 mondial s'est incliné en huitièmes de finale du double messieurs avec Nenad Zimonjic contre la paire brésilienne Marcelo Melo/Bruno Soares (6-4, 6-4). Les Espagnols Rafael Nadal/Marc Lopez sont venus à bout des Argentins Juan Martin Del Potro et Maximo Gonzalez en trois sets (6-3, 5-7, 6-2) pour accéder aux quarts de finale du double messieurs. Le Français Jo-Wilfried Tsonga a également quitté le tournoi, alors que Serena Williams a accédé au 3e tour.
Déjà vainqueurs de la France (87-66), les "Boomers" les basketteurs australiens ont confirmé leurs ambitions de podium en dominant la Serbie 95 à 80, lundi à Rio, où les Américains ont été accrochés dix minutes (18-18) avant d'écraser le Venezuela 113 à 69.
Dans la soirée, la France s'est relancée dans la course aux quarts de finale en surclassant la Chine 88 à 60, avec 19 points de Nando De Colo et 14 de Tony Parker.
En escrime à noter le doublé russe au sabre. En effet, Yana Egorian s'offre la médaille d'or en battant en finale sa compatriote Sofia Velikaïa, championne du monde 2015 et N.1 mondiale, 15 touches à 14
Rayon extra-sportif, le Comité d'organisation a annoncé le remplacement des drapeaux chinois utilisés lors des cérémonies de remise de médailles, en réponse à la plainte officielle des autorités chinoises qui n'en reconnaissaient pas le graphisme.
Le drapeau chinois est composé d'une grande étoile, représentant le Parti communiste, avec à sa droite quatre petites étoiles pointées vers le centre de la plus grande. Mais les quatre petites étoiles des drapeaux chinois aux Jeux de Rio pointent toutes vers le haut...
Tout est affaire d'étoiles. Mardi les Etats-Unis en alignaient trois. Deux en natation ; la "légende vivante" Michael Phelps, en quête d'une 24ème médaille olympique (une 20ème en or ?), sur 200 m papillon et sur le relais 4 x 200 m et Katie Ledecky, déjà sacrée sur 400 m libre, qui poursuivra sa quête sur 200 m nage libre, où elle aura pour adversaire la "vieille" Federica Pellegrini, 28 ans, l'une des grandes figures de la natation mondiale, et la Suédoise Sarah Sjostrom, déjà en or sur 100 m papillon.
Une autre étoile entamait sa moisson: Simone Biles, avec le concours général par équipes de gymnastique. Sauf accident, les Américaines semblent assurées de la victoire, après avoir remporté tous les tournois par équipes (JO et Mondiaux) depuis 5 ans. Biles (1,45 m), déjà détentrice d'un record de dix sacres mondiaux, s'apprête à jeter les bases de son couronnement olympique, qui pourrait s'orner de cinq titres.

Mercredi 10 Août 2016

Lu 681 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs