Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Faculté de médecine de Casablanca : Fin du bras de fer




Bras de fer entre certains enseignants- chercheurs de la faculté de médecine  et de pharmacie de Casablanca et le bureau local  des fonctionnaires du centre hospitalier Ibn Rochd.  A l’origine du conflit, selon la version des enseignants-chercheurs, le comportement irresponsable de l’infirmier chef.  L’arrêt de travail observé hier au bloc opératoire central auquel ils ont appelé s’est soldé, selon une source syndicale, par un échec cuisant.  Ainsi, la majorité des médecins du CHU, soit 80%, ont regagné leur travail  dont le Directeur général du Centre. Sur les 9 blocs opératoires, 7 ont fonctionné de façon normale, c’est dire que l’action de ces enseignants n’a pas été suivie, a indiqué la même source. 
Pour sa part, le bureau local des fonctionnaires d’Ibn Rochd, affilié à la FDT, livre une version totalement opposée à celle présentée par les enseignants-chercheurs. En effet, à l’issue d’une réunion tenue vendredi dernier, un communiqué  dudit bureau a été publié   pour jeter la lumière sur les visées de certains enseignants qui font des mains et des pieds pour imposer leur autorité dans ce service et l’exploiter à des fins personnelles.
Qualifiés de «poches de résistance», certains enseignants-chercheurs de la Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca, souligne ledit communiqué, n’ont pas laissé indifférent, par leurs comportements et attitudes scandaleux, le personne médical et infirmier ainsi que celui de l’administration.   Ces comportements consistaient à entraver, à trois reprises, la tenue du conseil d’administration  du CHU, exercer la pression et terroriser  les chercheurs intègres. Le but inavoué est de les évincer des services vitaux et donc de faire main basse sur tous les services, ajoute le communiqué.
Pire, plusieurs associations de bienfaiteurs avaient  été invitées, selon ledit communiqué, à ne pas investir dans le CHU Ibn Rochd afin que les patients soient, tout simplement, soignés ou opérés dans les cliniques privées.
Tout en dénonçant les insultes, les invectives et les propos avilissants à l’égard du personnel infirmier et médical du CHU Ibn Rochd et le non respect des notes de l’administration aux niveaux local et central, le bureau local des fonctionnaires du Centre, affilié à la FDT,  appelle le ministère de la Santé à intervenir pour rétablir l’ordre.

L.B
Mardi 9 Août 2011

Lu 678 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs