Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Face à l’offensive antisociale du gouvernement : FDT et CDT en rangs de bataille




Face à l’offensive antisociale du gouvernement : FDT et CDT en rangs de bataille
Pour faire face à l’offensive antisociale du gouvernement, la Fédération démocratique du travail (FDT) et la Confédération démocratique du travail (CDT) passent à la vitesse supérieure. La coordination est désormais le maître mot de leurs actions futures qu’elles veulent au diapason des défis auxquels les classes laborieuses se trouvent confrontées.
Mercredi 31 octobre, Abderrahmane Azzouzi et Noubir Amaoui, en présence des membres des bureaux central et exécutif des deux centrales, se sont réunis au siège de la CDT à Casablanca pour passer en revue la situation actuelle et particulièrement la crise que le Maroc traverse du fait de la conjoncture internationale, mais surtout de la mauvaise gestion du gouvernement des dossiers sociaux marquée ces derniers temps par le recours excessif à la violence  à l’encontre des grévistes et des manifestants.
Dans un communiqué rendu public, les deux centrales, après avoir procédé à une lecture critique de la loi de Finances 2013 qui ne répond aucunement aux attentes sociales de la grande majorité des citoyens et évoqué le désengagement du gouvernement à tenir des négociations tripartites pour faire avancer le dialogue social, expriment leur inquiétude et mécontentement  quant à la tentative de l’Exécutif qui vise à porter atteinte aux acquis de la classe ouvrière et des citoyens en général.
Tout en dénonçant les graves entraves systématiques du gouvernement et de certains patrons aux libertés syndicales, les deux centrales condamnent vigoureusement la décision anticonstitutionnelle du gouvernement  d’effectuer des prélèvements sur les salaires des fonctionnaires grévistes  au lieu d’abroger l’article 288 du Code pénal qui punit d’emprisonnement l’atteinte à la liberté du travail et de ratifier la Convention internationale n° 87 relative à la liberté syndicale.
Les deux centrales appellent  également à la libération de tous les syndicalistes et l’arrêt immédiat du recours à la force face aux manifestations pacifiques de la classe ouvrière, peut-on lire dans le communiqué des deux centrales. 

Larbi BOUHAMIDA
Vendredi 2 Novembre 2012

Lu 621 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs