Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fabregas, maître espagnol des tirs au but




Fabregas, maître espagnol des tirs au but
Le milieu de terrain espagnol Cesc Fabregas a délivré les siens par son tir au but décisif à l’issue d’une demi-finale Espagne-Portugal (0-0, 4 t.a.b. à 2) qui sera allée jusqu’aux bout du suspense, mercredi soir à Donetsk.
“Je voulais me charger du cinquième tir au but, j’avais un pressentiment que les choses se passeraient bien”, a avoué le milieu de terrain de Barcelone, offrant à l’Espagne la possibilité de défendre son titre de 2008.
Comme il y a déjà quatre ans où le milieu du Barça avait été le dernier tireur du quart de finale face à l’Italie lors de l’Euro en Autriche-Suisse finalement remporté par l’Espagne, Fabregas a ainsi récidivé face au Portugal.
Son tir au but qui a trompé Rui Patricio, alors que les Portugais Moutinho et Alves et l’Espagnol Xabi Alonso avaient manqué le leur avant lui, a fait exploser de joie tout le camp espagnol.
Le joueur de 25 ans, rentré cette saison au Barça, son club formateur, après huit années à Arsenal, a ainsi confirmé qu’il avait pris une autre dimension dans cette équipe nationale.
Providentiel
Titulaire lors de l’entrée en lice face à l’Italie (1-1) pour jouer en “faux neuf” au détriment de Torres, attaquant de métier lui, Fabregas a ensuite dû se faire patient, selon les choix de Vicente Del Bosque, qui a fait appel à lui en “faux neuf” ou à Torres ou à Negredo, deux “vrais neufs”.
Le Catalan natif d’Arenys de Mar a débuté contre la France le quart de finale, mais a dû céder sa place contre l’Eire puis la Croatie (Torres) et pour cette demi-finale à Negredo.
Avec le but égalisateur qu’il avait déjà inscrit face à l’Italie, alors que l’Espagne commençait à douter face aux Azzurri, le milieu se convertit ainsi lentement mais sûrement, en joueur providentiel pour les Espagnols.
Lancé dans le bain de cet Espagne-Portugal à la 54e en remplacement de Negredo décevant, Fabregas se sera montré relativement discret dans un premier temps.
Avant de placer déjà une première banderille juste à la fin de la prolongation en lançant d’une superbe passe Pedro, qui aura toutefois gâché l’offrande face à Rui Patricio.
La deuxième banderille, définitive elle, Fabragas la placerait donc à la fin de cette séance de tirs au but où il a prouvé une fois de plus qu’il était la bonne étoile de cette équipe d’Espagne.
 

AFP
Vendredi 29 Juin 2012

Lu 189 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs