Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fabio Capello, le Mister rebondit en Russie




Fabio Capello, le Mister rebondit en Russie
L'Italien Fabio Capello va tenter d'oublier quatre années infructueuses à la tête de l'Angleterre en se lançant à 66 ans dans une nouvelle et périlleuse campagne, en Russie, où il a été nommé sélectionneur lundi.
"Je suis heureux et fier, a sobrement déclaré, cité par l'agence de presse italienne Ansa, Capello, attendu "mercredi ou jeudi" à Moscou, dixit le président de la Fédération russe Nikita Simonyan, pour parapher un contrat dont la durée n'a pas été révélée.
"La coopération avec l'équipe est un grand défi pour moi car la Russie est un grand pays", a ajouté le technicien italien, qui se serait vu proposer un salaire annuel de sept millions d'euros, selon la presse locale.
Une somme considérable pour le poste. Mais le +Mister+, réputé pour sa rigueur et son perfectionnisme, "sait comment gagner", avait relevé jeudi le ministre russe des Sports Vitali Moutko.
L'Italien reste toutefois sur un échec cuisant avec l'Angleterre, dont il avait pris les rênes en décembre 2007. Maintenu à son poste après la déroute en quarts de finale du Mondial-2010 face à l'Allemagne (4-1), Capello avait fini par quitter ses fonctions en février dernier, à quatre mois du début de l'Euro, dans les remous de l'affaire John Terry.
En désaccord avec la Fédération anglaise, qui voulait destituer le capitaine, accusé de racisme, Capello avait claqué la porte.
Une exception douloureuse pour celui qui a remporté trois Championnats d'Italie en tant que joueur avec la Juventus Turin (1972, 73, 75), puis sept comme entraîneur, avec l'AC Milan (1992, 1993, 1994 et 1996), la Roma (2001) et la Juve (2005, 2006), même si ces deux derniers lui ont été retirés à cause du scandale des matches truqués dans le Calcio.
Vainqueur également de la Ligue des champions avec les Rossoneri (1992), il a glané également deux Ligas à la tête du Real Madrid (1997 et 2007), sans toutefois faire briller l'équipe.
Si son âge et son palmarès auraient pu désormais le diriger vers une retraite bien méritée, il n'a sans doute pas voulu rester sur cette déconvenue.
Défi de taille
Il va désormais apporter sa légendaire austérité à une équipe en crise, marquée par une piteuse élimination en phase de poules à l'Euro.
L'Italien devra d'une part redorer l'image de l'équipe, sérieusement ternie par la défaite face à la Grèce (1-0) qui avait scellé la sortie de l'Euro. Les joueurs avaient été accusés dans la presse de dilettantisme et de ne penser qu'aux primes, suscitant la colère des supporteurs et de certains politiques.
Sur le plan sportif, la Russie d'Andrei Arshavin et Alan Dzagoev, non qualifiée pour le Mondial-2010, devra prioritairement obtenir son billet pour l'édition 2014 au Brésil.
Or, le défi est de taille, car l'équipe est engagée dans le groupe F, aux côtés du Portugal, qui fait figure de grandissime favori pour prendre la première place, synonyme de qualification directe.
Il faudrait alors s'en remettre à la loterie des barrages. Et un nouveau revers ferait tache alors que le pays accueillera le Mondial suivant, en 2018.

AFP
Mercredi 18 Juillet 2012

Lu 213 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs