Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

FRMF : le président «nomme» un nouveau secrétaire général : Quand Ali Fassi Fihri fait de la pure démocratie bananière




FRMF : le président «nomme» un nouveau secrétaire général : Quand Ali Fassi Fihri fait de la pure démocratie bananière
Lorsqu’en avril 2009, à Rabat, Ali Fassi Fihri (ou A2F pour les initiés de Libé), directeur général de l'ONE, président et membre du comité directeur du FUS a été élu, à « l'unanimité », nouveau président de la Fédération Royale marocaine de football (FRMF) lors d’une assemblée générale ordinaire de cette dernière, on croyait tous les espoirs permis, vu qu’il succédait à un militaire, le Général Housni Benslimane en l’occurrence. Mais on avait vite fait de déchanter lorsqu’on s’est aperçu du mode de gérance du mandat (4 ans) pour le moins très peu démocratique. On assistait dans l’indifférence générale, à une violation de la légalité dans les règles de l’art et le pire sans que personne n’ait à en redire. D’entrée, la désignation du Bureau fédéral plutôt que son élection était le premier écart à ouvrir la voie au diktat. L’avoir toléré, sans même la moindre moue, laissait ainsi libre cours à toutes sortes de transgressions.  En cours de route, le Bureau était fait et défait sur mesure à la guise de son président. Seconde entorse à la conformité des textes de la FRMF, nulle assemblée générale jusqu’à présent, pourtant,  un des troits piliers de l’organisation de la FRMF (Art 7). L’année passée et en référence au site www.frmf.ma, il n’y a eu en tout et pour tout comme rassemblement, que deux réunions du Bureau fédéral, en janvier et en avril. On vous passera, volontiers les Groupements, peu au goût de A2F, explosés chemin faisant, l’entame ratée dans le monde du professionnalisme et bien d’autres. En ses bientôt trois ans de mandat, A2F a surtout brillé par son absence sur la scène administrative mais ne lésinait  guère dès lors qu’il s’agissait de se paonner. Ses apparitions étaient sporadiques et évènementielles et en  fonction des pilules à faire avaler aux adeptes du football. Le dernier cachet particulièrement indigeste, la nomination de l’ex-patron d’Arryadia, Tariq Najem en place de Khalid Laraïchi  en tant que secrétaire général de la FRMF, un poste au demeurant gracieusement motivé et donc tout à fait motivant et en complète dissimilitude avec les statuts et l’esprit de bénévolat auxquels « it belongs ». Doc A2F dans le communiqué diffusé par Dame fédé, y va même d’un autre comprimé.  Toutes les décisions prises l’ont été sans concertation aucune avec son équipe dirigeante. On ne comprend pas, quand tous médicaments par voie orale épuisés, lequel a tenté de nous administrer Doc A2F à travers un passage du communiqué : «le Secrétaire Général devra désormais assurer la permanence au niveau de sa fonction, chose qui ne peut pas être assurée par Monsieur Khalid Laraichi qui assure parallèlement d’autres fonctions au niveau national ». Charité bien ordonnée commence par soi-même, serions-nous tentés de dire !

Mohamed Jaouad Kanabi
Mercredi 4 Janvier 2012

Lu 1591 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs