Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

FIFA ou Mafia : Pots-de-vin à la pelle .... Et si le Maroc n’était pas blanc comme neige ?




FIFA ou Mafia : Pots-de-vin à la pelle .... Et si le Maroc n’était pas blanc comme neige ?
FIFA ou Mafia ? Neuf élus de l'instance mondiale du football, ainsi que cinq de ses partenaires, ont été inculpés, mercredi dernier, par la justice américaine. Tous sont soupçonnés d'avoir «corrompu l'entreprise en se livrant à diverses activités criminelles, y compris la fraude, la corruption et le blanchiment d'argent». Les sommes s'élèveraient à 150 millions de dollars et les inculpés risquent 20 ans de prison. 
Ces interpellations pourraient, en effet, être le début d’un énorme déballage qui ne concernera pas que la Russie et le Qatar, organisateurs des Coupes du monde 2018 et 2022. Car selon les enquêteurs américains, d’autres faits de corruption ont été découverts notamment lors de l’attribution du Mondial en France en 1998 et en Afrique du Sud en 2010. 
«Au début des années 1990, Monsieur Warner a commencé, avec l'aide d'un complice, à exercer son influence et à tirer profit de ses postes pour son propre gain personnel. Il a, entre autres sollicité et obtenu des pots-de-vin dans le cadre des processus d'attribution des Coupes du monde 1998 et 2010», précisent les enquêteurs. Selon les documents publiés par la justice américaine, le Maroc, alors adversaire malheureux de la France dans la lutte pour l'attribution de cette Coupe du monde 1998, est, lui aussi, soupçonné d'avoir acheté la voix d'un des votants. L'information se trouve dans le résumé des charges retenues contre Chuck Blazer, l'ancien président de la Concacaf.
«Dans les mois qui ont précédé le vote, Blazer a voyagé avec le co-conspirateur#1 (...) au Maroc à l'invitation du comité d'organisation local. A l'époque, le co-conspirateur#1 occupait un certain nombre de postes, dont certains de haut rang à la Fifa et à la Concacaf», précisent lesdits documents.
Selon «Slate.fr », il n'est pas très difficile de savoir précisément qui est ce mystérieux «co-conspirateur#1»,  dont le nom n'est pas cité. Le détail des charges retenues contre les quatorze inculpés dont les noms ont été annoncés mercredi dernier permet de comprendre qu'il s'agit de Jack Warner, qui était alors président de la Concacaf et s'est rendu au Maroc en 1992 et en 2004 avec Blazer. 
«Une fois au Maroc, Blazer était présent quand un représentant de la candidature marocaine a offert un pot-de-vin au co-conspirateur #1 en échange de sa promesse de voter pour le Maroc lors du comité exécutif désignant l'organisateur du Mondial 1998. Le co-conspirateur#1 a accepté l'offre», ajoute la justice américaine, avant de souligner qu’après le voyage, «il a demandé à Blazer de prendre voix avec des membres du comité d'organisation marocain pour savoir quand le paiement serait effectué. Blazer a ensuite discuté de ce sujet avec des représentants du comité d'organisation marocain à plusieurs reprises, dont certaines ont eu lieu par téléphone depuis les bureaux de la Concacaf à New York». «Même si le paiement a eu lieu, (...) la France a été choisie au détriment du Maroc pour organiser la Coupe du monde 1998», concluent les enquêteurs américains.  Pour mémoire, c’est le 2 juillet 1992 que la France a été désignée pour accueillir le Mondial 1998 avec 12 suffrages, le Maroc obtenant 7 voix et la Suisse aucune.
Pour ce qui est de l’attribution de l’organisation de la Coupe du monde 2010, le Maroc est encore une fois mis à l’index par les autorités américaines. Selon eux, ce même Warner s'est vu offrir en 2004, lors d'un voyage au Maroc avec Blazer, 1 million de dollars s'il votait en faveur du Royaume pour la Coupe du monde 2010, mais a appris à son collaborateur que l'Afrique du Sud avait déjà promis de verser 10 millions de dollars en faveur de l'Union caribéenne de football (CFU). Une somme dont il a détourné une partie à son profit personnel, selon les accusations de la justice américaine. L'Afrique du Sud avait alors fini par le remporter par 14 voix contre 10. 
Il faut dire que la Fifa n’en est pas à son premier scandale et a connu bien d'autres affaires retentissantes de corruption. C'est la faillite de la société suisse International Sport and Leisure (ISL), en 2001, avec des dettes de plusieurs dizaines de millions d'euros, qui a permis de révéler le premier gros scandale de corruption touchant la Fifa. ISL avait obtenu l'exclusivité de la vente des droits marketing de plusieurs Coupes du monde. 
On citera également la fameuse affaire du président de la Confédération asiatique du football (AFC) de 2002 à 2011, le Qatari Mohammed Bin Hammam  qui n'est à présent plus rien dans le football mondial. Soupçonné d'avoir joué un rôle clé dans l'attribution du Mondial 2022 au Qatar, il a chuté dans sa conquête en 2011 du trône de la Fifa, sur lequel Sepp Blatter était bien accroché. Acculé par la révélation de tentatives d'achat de voix de fédérations des Caraïbes, Bin Hammam est contraint de se retirer. Le Sunday Times avait notamment révélé comment Bin Hammam a tenté d'obtenir les faveurs de différentes confédérations et fédérations - à l'époque seuls les 27 membres du Comité exécutif de la Fifa votaient (209 présidents de fédérations à présent). Dans le lot, on retrouve encore Jack Warner, pour un pot-de-vin de 2 millions de dollars. 
D’autre part, si Joseph Blatter n’est pas directement impliqué dans ces  affaires, il est néanmoins le premier responsable de tout ce qui se passe au sein de la plus grande instance de football et il aurait «trop longtemps fermé les yeux sur les problèmes au sein de cette organisation».  Malgré cela, l'élection pour la présidence de la Fifa qui devrait avoir lieu aujourd’hui n'est pas remise en cause. Joseph Blatter, 79 ans, brigue un cinquième mandat face au prince Ali, son seul concurrent.  

Mehdi Ouassat
Vendredi 29 Mai 2015

Lu 1297 fois


1.Posté par Decrauze le 28/05/2015 21:48
Désormais on ne pourra plus se tromper pour le sens de l'acronyme FIFA :
http://acrostweet.blogspot.fr/2015/05/fifa-la.html?view=mosaic

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs