Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

FDT et CDT s’élèvent contre la hausse des prix

Les deux centrales épinglent la politique impopulaire du gouvernement




FDT et CDT s’élèvent contre la hausse des prix
Deuxième réunion, en l’espace d’une semaine, des bureaux respectifs  de la FDT et de la CDT.  Comme convenu, les deux  parties se sont  retrouvées vendredi  pour approfondir leur débat et décider des mesures et actions militantes à prendre  en vue de faire face à la situation actuelle qui risque de se détériorer davantage  si rien de concret n’est entrepris par le gouvernement.
En présence des secrétaires généraux respectifs de la CDT et de la FDT, Noubir Amaoui et Abderrahmane Azzouzi,  cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la coordination et de la concertation entre les deux centrales, a été l’occasion pour  évoquer les nombreuses régressions enregistrées à tous les niveaux depuis l’investiture de ce gouvernement et débattre de la rentrée sociale marquée par l’attitude irresponsable du gouvernement. Celui-ci  persiste, en effet, à porter atteinte aux acquis sociaux de la classe ouvrière, ignorer ses revendications et à paupériser les citoyens à travers les hausses successives des prix et le système d’indexation entré en vigueur le 16   courant. C’est ce que soulignent les deux centrales dans un communiqué qu’ils ont rendu public vendredi à l’issue de leur rencontre.
 L’attaque, sans précédent,  du gouvernement contre les libertés syndicales, la fermeture de  la porte à tout dialogue, que ce soit national ou sectoriel, l’absence de volonté pour  résoudre les conflits et le fait de laisser de nombreuses questions en suspens, la répression des manifestations  de protestation, les prélèvements effectués sur les salaires des fonctionnaires grévistes, constituent sans conteste des décisions unilatérales et irréfléchies conjuguées à des mesures impopulaires que dénoncent les deux syndicats.
Pour remédier à la situation dégradante de la classe ouvrière et garantir les conditions de  paix sociale dans notre pays, les deux syndicats appellent le gouvernement à revenir d’urgence sur sa décision concernant la hausse des prix du carburant à la suite  de la mise en application du système d’indexation. Une mesure qui constitue une réelle menace pour la situation sociale et pour toutes les composantes de la société.
Tout en rendant responsable le gouvernement de cette situation marquée par la détérioration du pouvoir d’achat des bourses modestes, ils demandent la tenue dans un proche avenir d’une séance extraordinaire d’un dialogue social tripartite avec un agenda précis, la mise en œuvre des dispositions de l’accord du 26 avril 2011, le respect des libertés syndicales et le droit de manifestation.

Larbi Bouhamida
Lundi 23 Septembre 2013

Lu 319 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs