Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

FDT et CDT boycottent le dialogue social

Leur fin de non-recevoir opposée au monologue de Benkirane remet les pendules à l’heure




FDT et CDT boycottent le dialogue social
C’est maintenant un fait avéré : le 1er Mai sera chaud. L’échec de la tentative du gouvernement de réunir samedi dernier les différents partenaires sociaux pour leur tenir un monologue dont la seule finalité aurait été une exploitation politicienne et de communiquer à outrance autour de ses soi-disant réalisations ne fera que donner plus d’allant aux revendications des travailleurs.
Ayant fait la sourde oreille, depuis fort longtemps, l’Exécutif ne s’est rappelé au bon souvenir des syndicats que 5 jours avant la date fatidique de la fête du travail. Ce qui ne pouvait que rendre suspecte son initiative, ceci d’autant plus que le seul langage qu’il a tenu depuis son investiture a été celui de la répression. Il était donc tout à fait normal que la FDT et la CDT lui opposent une fin de non-recevoir.     
Dans un communiqué rendu public, les deux centrales considèrent que l’ordre du jour proposé par le gouvernement manque de crédibilité du fait qu’il est identique à celui d’une précédente réunion et partant il n’est pas en mesure de faire avancer les choses et ne peut aucunement constituer une base solide pour l’instauration d’une Charte sociale à même de répondre aux attentes et revendications légitimes de la classe ouvrière  et d’apaiser la situation de tension qui risque de constituer une menace réelle pour la paix sociale.
Ils confirment également que l’accord du 26 avril 2011 ne peut, en aucun cas, être sujet à discussion et appellent  le gouvernement à assumer ses responsabilités  quant à l’atermoiement dans l’application de ses dispositions  et ce qu’il pourrait engendrer comme déception et désespoir au sein des classes laborieuses.
Tout en exprimant leur profonde inquiétude  quant à la politique économique et sociale du gouvernement, à la violation des libertés syndicales, à la répression des manifestations, à l’arrestation des ouvriers, aux prélèvements effectués sur les salaires des grévistes, les deux centrales estiment que tout dialogue dans ce climat de tension nécessite une réelle volonté pour dépasser ces aspects et l’institutionnalisation du dialogue tripartite, ce qui n’est pas le cas de la convocation du chef du gouvernement. Pout toutes ces raisons, les deux centrales ont jugé bon ne pas prendre part à cette rencontre
Par ailleurs, l’UGTM a lui aussi décidé de boycotter cette réunion et appelé à institutionnaliser le dialogue social tripartite.

Larbi Bouhamida
Lundi 29 Avril 2013

Lu 451 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs