Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

FDT, CDT, UMT et UGTM disent non à Benkirane

La réforme du système de retraite doit s’insérer dans une vision globale




FDT, CDT, UMT et UGTM disent non à Benkirane
L’invitation adressée par le chef du gouvernement aux centrales syndicales les plus représentatives pour une séance de concertation relative à la réforme des systèmes de retraite sera finalement tourné en eau de boudin. Devant se tenir hier à 9h30, elle a été boycottée notamment par la FDT, la CDT, l’UMT et l’UGTM.
Pour la FDT et la CDT, pareille réunion ne pouvait se tenir que « dans le cadre de négociations globales sur les engagements précédents du gouvernement à propos des différents dossiers à caractère syndical dont celui des négociations tripartites ».
Dans un communiqué conjoint, les deux centrales se disent contraintes de ne pas y prendre part et insistent sur la nécessité de l’ouverture d’un dialogue réel, responsable et sérieux sur les différentes questions intéressant la classe ouvrière et sur la mise en œuvre des engagements du gouvernement et particulièrement ceux afférents à l’accord du 26 avril 2012 restés en suspens.
 A titre de rappel, Larbi Habchi, membre du bureau central de la FDT, nous avait indiqué que la réforme des systèmes de retraite devrait s’inscrire dans une vision globale et traiter, en parallèle, la fiscalité et les régimes salariaux selon une conception intégrée.
Pareille réunion est une pure perte de temps. Et pour cause, après plusieurs années,  la commission technique chargée de la réforme des régimes de retraite a élaboré un mémorandum qu’elle a présenté au chef du gouvernement.  Ledit mémorandum, résultat  de concertation  et d’un travail de longue haleine entre les différentes parties  et approuvé aussi par la commission nationale, se base sur nombre d’éléments qui constituent l’ossature de la prochaine réforme basée, notamment, sur la préservation des acquis  sociaux des adhérents et la nécessité de garantir les équilibres des caisses de retraite. Pourquoi  un tel tapage alors que ce mémorandum remis au gouvernement propose des solutions à même de garantir une pension digne pour les retraités, à travers la mise en place d’un système bipolaire : un pôle public et un autre privé.  
Pour sa part, l'Union marocaine du travail (UMT) a décidé de boycotter cette réunion consultative sur la réforme des systèmes de retraite.  Dans un communiqué rendu public, le syndicat justifie sa position par l’attitude du chef du gouvernement qui a décidé de manière unilatérale de la tenue de cette rencontre de concertation tout en précisant que «le secrétariat national avait, lors d'une réunion avec le chef du gouvernement le 25 octobre dernier, défini «les conditions pour la réussite de tout dialogue social sérieux».
L’Union générale des travailleurs du Maroc  (UGTM) a également décliné l’invitation du chef du gouvernement  pour les mêmes raisons, tout en indiquant que ce dernier manque de volonté et qu’une telle séance de concertation pour ne pas dire d’écoute ne débouchera sur rien de concret. Donc il vaut mieux s’abstenir.



Larbi Bouhamida
Jeudi 5 Décembre 2013

Lu 759 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs