Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Expulsé politiquement, A. Alami bientôt devant la commission de discipline : Au RNI, les enjeux du congrès attisent les haines




Le Rassemblement national des indépendants au bord de l’implosion. Scission au RNI. Mezouar dans la tourmente. Depuis quelques jours déjà, le microcosme politique n’en finit pas de bruisser d’informations et de contre-informations sur le Rassemblement national des indépendants. Des mécontents du parti seraient en train de préparer une scission parce que les résultats du congrès qui devrait se tenir à la fin du mois de juin seraient connus d’avance.
« Une tempête dans un verre d’eau ! », résume un brin agacé un proche du président Salaheddine Mezouar. En fait, explique-t-il, les rangs des mécontents se résument principalement à une seule personne : Abdelhadi Alami, ancien coordinateur du RNI à Marrakech, opérateur touristique et, surtout, propriétaire de titres de presse.
Flash back pour mieux comprendre. En 2008, Alami démissionne du RNI pour protester contre la gestion du président de l’époque, Mustapha Mansouri. Ce dernier s’empresse de nommer un nouveau coordinateur dans la ville ocre. C’est M. Banine qui ne démérite pas sur le front des résultats électoraux. A la faveur du mouvement des réformateurs de Mezouar et ses troupes, Abdelhadi Alami revient en grâce, réintègre sa famille politique mais ne retrouve pas son poste de coordinateur « historique » de Marrakech. « C’est là où les problèmes vont commencer. Pour Alami, Marrakech, c’est lui et personne d’autre. On a eu beau lui expliquer que la démocratie fonctionne autrement. Il est entré en dissidence, une fois de plus». Une dissidence qui s’est amplifiée avec l’approche du congrès national que le RNI compte convoquer les 24, 25 et 26 juin prochain. L’ex-coordinateur de Marrakech tente de mobiliser les mécontents de Marrakech et plus précisément les anti-Banine. L’approche du congrès et ses enjeux de pouvoir attisent les passions, suscitent des colères. Mezouar se rend à Marrakech et rencontre, à trois reprises, les derniers soutiens d’Alami. Quelques explications plus tard, le mécontentement est désamorcé. Alami se retrouve seul contre tous. « Il s’est senti trahi. C’est comme s’il avait été lâché. Alors il s’est replié sur le front médiatique en multipliant les attaques contre des dirigeants du RNI et en organisant de fausses fuites sur le déroulement de notre prochain congrès », fait valoir un membre influent du bureau exécutif de cette formation politique.
Les congressistes
seront élus
Des portraits incendiaires de Bouhriz, Abbou ou encore Talbi Alami seront ainsi  publiés sur les colonnes d’un hebdo réputé très « proche » d’Abdelhadi Alami. « Des accusations diffamatoires ont été écrites. D’ailleurs l’une des personnes gravement mise en cause a décidé d’engager des poursuites », confie un proche collaborateur de M. Mezouar.
Dans la foulée, une vraie fausse liste des prochains membres de l’instance dirigeante du Rassemblement est « fuitée ». Il y a 24 heures, un quotidien de la place la publiait. « Tout est fait pour susciter la discorde, déclencher des doutes, des inquiétudes, des craintes. En fait, il s’agit de démontrer à n’importe quel prix que le RNI ne respecte pas les règles de la démocratie interne. Que tout est joué d’avance et que le congrès n’est que de façade. Ce qui est tout à fait faux. Tous nos congressistes vont être élus par les congrès régionaux. Ils doivent obéir à des règles strictes d’adhésion », explique cette figure de ce parti fondé par l’ex-premier ministre Ahmed Osman. Il faut le rappeler, cette formation politique a décidé de réunir son congrès au lendemain du discours Royal du 9 mars. « Des signaux forts ont été donnés à la classe politique. Nous avons estimé que nous ne pouvions pas ouvrir une nouvelle page constitutionnelle et aller aux élections sans un effort de renouvellement d’une partie de l’élite du RNI. Et c’est cela qui dérange et fait peur à tous ceux qui ne veulent pas du changement parce qu’ils ont peur pour leurs intérêts ! » s’exclame ce quadra RNIste.
Face à tous ces débordements, le bureau exécutif du Rassemblement national des indépendants se réunit  et prend la décision « politique » d’exclure Abdelhadi Alami. « La procédure est aujourd’hui enclenchée. La commission de discipline du parti va se réunir très prochainement et tranchera en toute indépendance, après avoir écouté Alami », conclut notre interlocuteur.

Narjis Rerhaye
Mercredi 11 Mai 2011

Lu 846 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs