Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Exposition de Hassan Echaîr




Exposition de Hassan Echaîr
La galerie Loft art Gallery abrite, du 15 février au 10 mars, une exposition des toiles de l'artiste peintre Hassan Echaîr. Installé à Tétouan et profondément inspiré par ce creuset des civilisations et cet espace géographique, Hassan Echaîr interpelle l'éphémère, l'immatériel de la vie face à l'implacable course du temps. Liant intimement verre, pierres et cordages, ses structures invitent l'ombre et sa fuite, l'empreinte de l'instant sitôt révolu tel un assaut vers l'infini, défi à l'inconstance de l'univers. L’artiste vit son aventure créatrice exclusivement dans un univers tout en noir et blanc. C'est qu'au fond, l'artiste est moins peintre que dessinateur. Son vocabulaire plastique n'est pas fondé sur les rapports de couleurs mais sur les tensions graphiques et le jeu des ombres et des lumières. Et lorsqu'il se fait sculpteur, ou installateur, c'est toujours en fin de compte en dessinateur qu'il agit.
En effet, Hassan Echaîr semble ne pouvoir investir l'espace, qu'il soit bi ou tridimensionnel, en termes de parcours dessiné qu'en y déployant des rythmes de lignes et des masses de valeurs qui traduisent systématiquement les jeux des ombres et des lumières qui varient entre la clarté absolue du blanc et l'obscurité la plus sombre du noir en passant par un large éventail de nuances de gris. La sensibilité poétique de l'artiste, semble-t-il, ne peut s'épanouir qu'en jouant des partitions d'ombre et de lumière.
Cette propension pour le dessin fait du peintre un grand manipulateur des éléments graphiques qu'il articule avec une sobriété de moyens  lui permettant de concentrer son intérêt sur ce qui constitue l'essentiel de sa quête artistique: générer des rapports de formes, de matières, de volumes, d'ombres et de lumières. Rapports dont la force poétique revient toujours à la manière dont l'artiste gère des mouvements et des tensions plastiques.
Hassan Echaîr travaille sur des supports en papier, en toile ou en bois, mais au-delà de ces moyens conventionnels, le plasticien exploite un éventail beaucoup plus large de supports et de matériaux impliquant une diversité de procédures techniques. Son terrain d'intervention est également plus vaste. Il agit parfois directement dans les espaces naturels ou urbains. "Mon équilibre, souligne-t-il, tient en trois choses: la première m'attache et me retient là-haut, puis une autre m'attire et s'enracine vers les profondeurs. Entre les deux, un flottement, une recherche d'équilibre, des liens et des attachements".

Libé
Samedi 18 Février 2012

Lu 198 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs