Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Exposition collective à la Galerie Rê à Marrakech




Les œuvres récentes des artistes Hicham Benohoud, Sibylle Baltzer, M'Barek Bouhchichi, Michel Fourquet, Fatiha Zemmouri et Véronique Duplan seront accrochées sur les cimaises de la Galerie Rê dans le cadre de sa nouvelle exposition collective, du 25 mars au 07 mai prochain.
A cette occasion, le public pourra aussi apprécier les œuvres de deux jeunes artistes jamais exposés auparavant à la Galerie Rê: Yasmina Ziyat et Saïd Afifi.  
« Le visiteur pourra  négocier à nouveau son point de vue et sa perception  du monde à travers les propositions visuelles innovantes des jeunes artistes. C'est en effet toujours l'occasion de se faire une idée du paysage émergent de la jeune création contemporaine marocaine et de suivre les  nouvelles directions des artistes représentés par Rê », souligne-t-on.
Yasmina Ziyat est une jeune diplômée des Beaux-Arts de Tétouan, qui vit et travaille à Kénitra. Son travail, tout en se plaçant dans les paramètres d'un 'cadre', ou châssis -référence à la peinture- se sert plus de celui-ci comme  d'un caisson de résonance  visuel (ses œuvres ne sont pas sans rappeler certains instruments archaïques), tissant des ombres en fil de coton et mousseline déchiquetée, édifiant dans une scénographie mystérieuse un monde éclairé et projeté, une sorte d'architecture imaginaire. Expositions collectives de Rabat à Kenitra en passant par Chefchaouen depuis 2004, et dernière exposition personnelle à la galerie du Centre culturel de l'Agdal en 2010.
Saïd Afifi est un jeune artiste vidéaste, issu des Beaux-Arts de Tétouan et diplômé de l'Ecole canadienne Cegep de Matane où il se spécialise en production numérique. Depuis 2006, avec sa performance photographique « Khouyout », Afifi construit son parcours visuel, de projets d'installation vidéo  (« The Construction », 2007) en explorations interactives. « Sourire énigmatique » est une vidéo où un visage en toile de fond se trouve altéré par des interventions texturées, comme autant de métaphores des subtiles variations psychologiques de l'individu. Le « visage »  semble lentement se transformer en un paysage abstrait.

Libé
Vendredi 25 Mars 2011

Lu 295 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs