Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Excès de zèle, manque de déontologie : Presse espagnole : Basta !




Des enfants de Gaza qui deviennent subitement des enfants sahraouis malgré eux. Des victimes d'un crime commis il y a dix mois de cela à Sidi Moumen qui se transforment eux aussi en Sahraouis agressés par des forces armées marocaines. Des corps qui jonchent les rues de Laâyoune, c'est-à-dire des dizaines de tués à balle réelle.  Une coordination qui publie un communiqué pour  l'autodétermination au Sahara … autant de fausses informations, de fausses images, de faux témoignages, relayés par une presse espagnole très "professionnelle" et très "libre!".  Sur EFE, Antena 3, ABC, El Pais, la Razon, Semana digital, El Mundo… L'information n'a plus droit d'être recoupée, vérifiée et crédibilisée. Elle est déjà prête et ne manque que de cadre factuel. Rien ne compte plus pour les confrères et consœurs espagnols. Le prétexte de désinformer, envenimer, empoisonner et  commettre le pire est notoire. Les événements du camp de Gdeim Izik surviennent à point nommé. Pour les Cembrerro & co, la déontologie est bonne à respecter en Espagne, mais non dans les anciennes colonies, où ils doivent garder ce "droit" d'ingérence et d'intervention comme on veut plutôt que comme on doit. Toutes les images qui dénaturent, dénigrent, accusent, culpabilisent, impliquent, insultent, sont bonnes à publier et à faire endosser la responsabilité au Maroc et aux Marocains. Le stéréotype guide aveuglément à l'erreur, à la bourde et peut atteindre le paroxysme de la terreur. C'est quoi terroriser sinon republier des images de meurtres et de carnages et en accuser tout un Etat!
Les journalistes accrédités et ceux qui commentent depuis leurs chaises confortables de desks se transforment le temps d'un article en activistes sympathisants et en juges et partie. Ils commencent par saboter,  puis égratigner, et enfin tuer de sang-froid. Cela ne doit pas rester sans suite. Tout le monde devrait se sentir un jour régi par une loi, des normes et des limites. Personne n'est au-dessus de la loi. Mais pourquoi donc ce traitement catastrophique des événements de Laâyoune?
C'est simple, le Maroc semble constituer une matière d'information assez attractive en Espagne. Et un sentiment de supériorité fortifie cette dose du droit d'ingérence. Et le néo-colonialisme reprend du service. Une manière de dissimuler aussi le legs colonial toujours persistant. Tous ces journalistes et défenseurs ardents des droits humains et des peuples se trouvent subitement amnésiques quant à l'occupation par leur pays de territoires marocains. Au fait, au nom de quoi se permet-on toutes ces fantaisies et toutes ces gesticulations ? Si la déontologie a été bafouée au grand jour, c'est peut-être par passion séparatiste. Dans ce cas, charité bien ordonnée commence par soi-même.

Rachida Alami
Mardi 16 Novembre 2010

Lu 1416 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs