Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Eventuelle fermeture de la prison de Guantanamo

Le Congrès américain soutien la promesse d’Obama




Eventuelle fermeture de la prison de Guantanamo
Le Sénat américain a apporté son soutien mardi à l'assouplissement des restrictions sur le transfèrement des prisonniers de la base de Guantanamo, une étape importante vers l'éventuelle fermeture de la prison, promise en vain par Barack Obama depuis 2009.
Les sénateurs examinent cette semaine la grande loi annuelle sur la défense, dont plusieurs articles lèveraient des restrictions mises en place depuis plusieurs années par le Congrès pour empêcher la libération ou le transfèrement de détenus vers les Etats-Unis ou l'étranger. Mardi, lors de deux votes sur des amendements à ce texte, les sénateurs ont conservé ces articles tels quels.
Barack Obama a promis dès son élection et à nouveau cette année de fermer la prison controversée, où vivent encore 164 prisonniers qui dans leur très grande majorité n'ont jamais été ni inculpés ni traduits en justice.
La majorité (84) ne représente pas de risque pour la sécurité nationale, selon l'administration. La plupart sont de nationalité yéménite. Les démocrates, qui disposent de la majorité au Sénat, veulent autoriser le transfèrement de prisonniers aux Etats-Unis pour y être soignés, jugés ou détenus. Actuellement, les prisonniers de Guantanamo ne peuvent légalement pas être transférés sur le territoire américain.
D'autres mesures permettraient aussi de transférer dans des pays étrangers les détenus qui ne représentent pas de risque pour la sécurité nationale, et à condition que des mesures suffisantes aient été prises pour réduire le risque que ceux-ci s'engagent dans des activités jugées "terroristes", ce qui laisse plus de marge d'appréciation au secrétaire à la Défense que la loi actuelle.
Mais les républicains entendent maintenir des interdictions strictes, ne laissant d'autre choix à l'administration que de garder sine die les détenus sur la base.
"Gardons les lois en place", a imploré la républicaine Kelly Ayotte. "Pourquoi voudrions-nous envoyer Khaled Cheikh Mohammed aux Etats-Unis, alors que nous avons un lieu sécurisé à Guantanamo?", a-t-elle ajouté, en parlant du cerveau des attentats du 11-Septembre.
La Chambre des représentants a notamment adopté en juin une mesure qui interdirait purement et simplement tout transfèrement vers le Yémen. Un total de 88 Yéménites se trouvent actuellement à Guantanamo, dont 56 sont considérés comme libérables.
Le Sénat pourrait adopter l'ensemble du texte de défense, y compris l'assouplissement des règles sur Guantanamo, d'ici la fin de la semaine.
Le vrai combat aura ensuite lieu lors d'une phase de négociations entre la Chambre et le Sénat pour harmoniser les deux versions. Les chefs de file du Congrès espèrent une adoption finale d'ici la fin de l'année.

AFP
Jeudi 21 Novembre 2013

Lu 97 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs