Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Evaluation à sens unique de la Vision touristique 2020




Au Royaume, le compte à rebours a, d’ores et déjà, commencé pour la stratégie de développement touristique dénommée «Vision 2020». D’où le récent coup d’envoi donné par le ministère du Tourisme de l'étude d'évaluation à mi-parcours prévue justement dans le cadre de cette vision.
En réalité, tous les concernés de la profession mettent actuellement les bouchées doubles pour que celle-ci ne débouche pas sur un flop.  Ainsi, des meetings sont-ils organisés, deçà, delà, afin de tenter de «prouver» en quelque sorte que le processus va bon train.
Dernière en date des rencontres : la signature d’une convention-cadre de partenariat pour le développement du produit touristique au niveau des provinces du Nord par la Société marocaine d'ingénierie touristique (SMIT) et l'Agence pour la promotion et le développement économique et social des préfectures et provinces du Nord (APDN). Le but en est  d’œuvrer collectivement pour concrétiser les ambitions et les enjeux de développement touristique définis dans les provinces du Nord dans le cadre de la «Vision 2020».
Cependant, s’il est vrai que cette visée tend, au niveau régional, à renforcer la synergie et la coopération entre les deux acteurs publics, il n’en demeure pas moins qu’elle rejoint, en parallèle, les objectifs fixés il y a cinq ans, à savoir une meilleure création de richesse ainsi  qu’une capitalisation sur l'expertise et les savoirs des différents maillons de la chaîne de développement du produit touristique
Toujours est-il que c’est dans le cadre d’une réunion de travail tenue à Rabat et présidée par le ministre du Tourisme ainsi que tous les professionnels du secteur que l’étude d'évaluation à mi-parcours a été lancée.
«Cette dernière permettra d'établir un diagnostic de l'état d'avancement des différents chantiers de la vision et leurs impacts sur l'industrie touristique nationale», explique le communiqué du ministère du Tourisme parvenu à Libé. Et de faire savoir que cette évaluation s'impose au vu du contexte mondial et des bouleversements majeurs de la situation géostratégique et de ses incidences sur l'industrie touristique mondiale et de l'évolution de la structure des marchés touristiques caractérisée par de nouveaux défis, enjeux et modes de communication via le digital. Le ministère indique, à ce propos, que ladite évaluation de la Vision 2020 vise à mettre en place de nouveaux leviers d'accroissement de l'offre et de la demande touristique et de réajuster les objectifs tracés pour l'industrie touristique marocaine, notant qu'elle permettra, parallèlement, d'établir un diagnostic des points de blocage recensés tout au long de la chaîne de valeurs touristique et de proposer les scénarii de réajustement à travers un plan d'accélération 2016-2020.
En outre, la même source souligne que cette évaluation s'articulera autour de trois axes, qui sont l'analyse des progrès pour la période 2011-2015 par rapport aux résultats attendus, le diagnostic des démarches et mesures d'accompagnement de l'opérationnalisation des chantiers/programmes de la Vision 2020 et l'analyse des tendances internationales du secteur du tourisme, de la demande y afférente, de l'offre et de la concurrence à l'horizon 2020.
L’initiative est louable, affirment plusieurs experts avisés quoiqu’ils insistent pour souligner que le développement du secteur touristique doit passer à la vitesse supérieure. Même son de cloche du côté du wali de la région de Souss-Massa et gouverneur de la préfecture d'Agadir-Ida Outanane, Zineb El Adaoui, qui s’exprimait récemment à l'ouverture des travaux de l'assemblée générale ordinaire du Conseil régional de tourisme (CRT) de la région, et qui a rappelé, à juste titre, que ce secteur demeure extrêmement sensible.
Et ce n’est pas tout. Elle a mis en exergue que la responsabilité de promouvoir ce secteur incombe à l'ensemble des intervenants qu'ils soient professionnels, élus, représentants de la société civile ou d'institutions publiques ajoutant que le tourisme reflète l'image du Maroc et des Marocains.
Une réalité qui a été corroborée précédemment par le nouveau président du CRT de Souss-Massa, Guy Messaoud Marach, qui a également précisé qu’au sujet du développement du tourisme dans la région Souss-Massa, il doit passer par trois fondamentaux interdépendants : un bon produit, une bonne desserte aérienne et des outils pragmatiques de promotion.
Au cours de ces 10 dernières années, Agadir a beaucoup grandi mais le secteur du tourisme n'a pas connu le même développement, comme c'est le cas pour Marrakech qui a enregistré une évolution extraordinaire en un temps record et une fréquentation très importante grâce à une desserte aérienne dynamique, a-t-il déploré, soulignant l'importance de tirer profit de l'énorme potentiel touristique de la région, en particulier la nouvelle station de Taghazout qui "sera infiniment stratégique au développement et la pérennisation de notre destination".
C’est dire qu’il y a encore matière à faire dans le sillage de l’étude d’évaluation de la Vision 2020.

Meyssoune Belmaza
Jeudi 25 Février 2016

Lu 307 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs