Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Evacuations massives en Birmanie et au Bangladesh avant un cyclone




Evacuations massives en Birmanie et au Bangladesh avant un cyclone
La Birmanie et le Bangladesh ont annoncé mercredi des évacuations de centaines de milliers de personnes, alors que le cyclone Mahasen menace de frapper de vastes zones côtières densément peuplées du Golfe du Bengale.
Le gouvernement birman a indiqué vouloir déplacer vers des endroits sûrs plus de 166.000 personnes en Etat Rakhine (ouest), en majorité des musulmans rohingyas déplacés l’an passé par des violences religieuses meurtrières, et qui vivent depuis dans des camps surpeuplés et insalubres.
Plus de 20.000 foyers sont concernés et environ 27.000 personnes ont déjà été évacuées, selon les chiffres officiels du régime de Naypyidaw. «L’armée relogera (les déplacés) dans des écoles», a précisé Aung Min, ministre à la présidence, lors d’une conférence de presse à Rangoun.
Simultanément, les autorités au Bangladesh ont «ordonné à la population vivant dans des zones proches du niveau de la mer d’évacuer et d’aller dans des abris anticyloniques», a déclaré à l’AFP Mohammad Abdullah, un administrateur du gouvernement local de Chittagong, la deuxième ville du pays.
La décision a été prise après un bulletin du département météorologique national indiquant que le cyclone pourrait atteindre les côtes dès aujourd’hui, a ajouté le responsable. Les Nations unies ont pour leur part estimé qu’il devrait frapper vendredi.
Mahasen perd en intensité mais menace toujours plus de huit millions de personnes dans la région, a averti le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha) dans un communiqué.
«Dans sa course actuelle, le cyclone doit toucher le nord de Chittagong, au Bangladesh, mais il pourrait selon sa trajectoire finale menacer les vies de quelque 8,2 millions de personnes dans le nord-est de l’Inde, le Bangladesh et la Birmanie».
Au Bangladesh, des responsables locaux ont indiqué que 113 équipes médicales avaient été mobilisées. «Nous avons mené toutes les préparations nécessaires pour faire face au cyclone», a assuré Mohammed Kamruzzaman, un fonctionnaire en charge du camp de réfugiés rohingyas de Cox’s Bazaar. «Nous avons utilisé des hauts-parleurs pour informer les réfugiés», a-t-il ajouté à l’AFP. «Nous avons aussi stocké de la nourriture, placé des équipes médicales et des ambulances en alerte et envoyé les malades et les femmes enceintes des camps vers des hôpitaux».
Les Rohingyas, considérés par l’ONU comme une des minorités les plus persécutées du monde, sont tout aussi exposés aux vents et à la pluie de l’autre côté de la frontière, en Birmanie, où ils sont environ 800.000 sans droit ni statut.
Les évacuations se sont heurtées ces derniers jours à la résistance de beaucoup d’entre eux, dans un climat de grande défiance vis-à-vis des forces de l’ordre.
Mais le ministre Aung Min a laissé entendre qu’ils n’auraient pas le choix. «Nous souhaitons préciser qu’ils devraient être informés de la loi», a-t-il déclaré aux journalistes mercredi.
AFP


Libé
Mercredi 15 Mai 2013

Lu 90 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs