Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Euro-2016: la fête commence malgré la peur et la pagaille





Toujours hantée par les attentats de 2015 et agitée par une vive fronde sociale, la France donne jeudi le coup d'envoi des festivités de l'Euro de football avec un concert géant au pied de la Tour Eiffel.
A la veille du match France-Roumanie qui lancera la compétition, le concert gratuit d'ouverture où DJ David Guetta était tête d'affiche de la soirée, auquel devaient assister 80.000 personnes, aura valeur de test pour des forces de l'ordre en état d'alerte maximale.
L’ambiance régnante faisait écho aux propos du président François Hollande qui refuse de "se laisser impressionner" par la menace d'attentats, tout en reconnaissant qu'elle "existe" bel et bien.
Les esprits sont durablement marqués par les tueries de janvier 2015 (17 morts) et le carnage du 13 novembre, quand un commando jihadiste a fait 130 morts dans une salle de concert, des bars et restaurants et en essayant d'entrer dans le stade de France.
Présent sur la pelouse du stade ce soir-là, le défenseur allemand Jérôme Boateng a déclaré que par souci de sécurité, sa femme et ses filles ne viendraient pas voir les matches de la Mannschaft lors de l'Euro.
Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont aussi mis en garde leurs ressortissants contre la "menace terroriste" pendant la compétition.
L'annonce lundi par l'Ukraine de l'arrestation d'un Français soupçonné d'avoir voulu mener des attaques anti-islam pendant l'Euro-2016 a encore ravivé les inquiétudes, même si les autorités françaises ont accueilli ces informations avec prudence.
Depuis des semaines, des voix s'élèvent en France, en particulier dans l'opposition de droite, pour s'inquiéter de la sécurité des "fan zones", espaces clos où les amateurs de foot pourront suivre les matches sur des écrans géants.
Pour sécuriser ces espaces et les stades des dix villes hôtes, 90.000 policiers, gendarmes et agents de sécurité privé seront déployés pendant la compétition (10 juin-10 juillet).
La retransmission des matches de l'Euro-2016 sur les terrasses des bars sera en revanche interdite, a assuré jeudi le secrétaire d'Etat aux Sports, Thierry Braillard, car "les forces de l'ordre n'ont pas les moyens de sécuriser cela."
A ce climat anxiogène s'ajoute une vive contestation contre une réforme du droit du travail, introduite par le gouvernement socialiste en début d'année.
Depuis plus de trois mois, manifestations, grèves et actions coups de poing se multiplient pour obtenir le retrait du texte. Et ses détracteurs ne désarment pas.
Jeudi matin, malgré une amélioration sur les grandes lignes ferroviaires, la circulation des trains restait perturbée par une grève des cheminots - également nourrie par des revendications sectorielles.
A Paris et Marseille (sud), un arrêt de travail dans le traitement des ordures ménagères entraînait une accumulation de poubelles sur les trottoirs. La mairie de la capitale a toutefois prévu de recourir à des entreprises privées pour organiser leurs collectes.
Au petit matin, des manifestants ont aussi perturbé l'accès au plus gros marché de gros de France, à Rungis (sud de Paris), qui fournit restaurants et commerces en produits frais. Des routes, des voies ferrées et un port ont également été bloqués en divers endroits.
"Pagaille, "guérilla", "non sens", le gouvernement socialiste a durci le ton face à ces actions. Las, un autre front se profile : les pilotes d'Air France menacent à leur tour de faire grève du 11 au 14 juin.
Ce conflit, lié à des revendications internes, n'est pas sans rappeler 1998: à l'approche de la Coupe du monde de foot, une grève des pilotes avait paralysé la compagnie pendant dix jours. Un accord y avait mis fin in extremis, le jour même de l'ouverture du Mondial.

Libé
Vendredi 10 Juin 2016

Lu 696 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs