Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Etre pessimiste pour vivre plus longtemps




Etre pessimiste pour vivre plus longtemps
Les personnes aveuglées par leurs pensées négatives et la peur de l’avenir ont plus de chances de vivre longtemps, révèle une étude allemande.
Les indécrottables pessimistes ont de quoi se réjouir : leur propension à toujours voir le verre à moitié vide serait garante d’une espérance de vie plus longue. « Nos résultats montrent que l’excès d’optimisme face à l’avenir est associé à un risque plus grand d’incapacité et de mort dans la décennie suivante”, explique Frieder Lang, chercheur à l’University of Erlang-Nuremberg. Pas très encourageant.
Le raisonnement des scientifiques repose sur l’idée que faire preuve de pessimisme quant à l’avenir encourage les personnes à vivre plus prudemment, à prendre soin d’eux. En limitant les risques, les frileux se maintiendraient en bonne santé plus longtemps. Le pessimisme est-il en train de devenir à la mode ? Des chercheurs américains ont récemment souligné la faculté des pessimistes à augmenter leurs performances au travail.
Cette nouvelle étude germanique s’est basée sur des données collectées entre 1993 et 2003 auprès de trois groupes classés par tranche d’âge : 18-39 ans, 40-64 ans, 65 ans et plus. Ils ont été interrogés sur le bien-être et niveau de satisfaction futur. Cinq ans après, leur niveau de satisfaction a été comparé aux prévisions faites cinq ans plus tôt. Résultat, 43% du groupe des 65 ans et plus avaient sous-estimé leur niveau de satisfaction futur. 25% des personnes du même groupe avaient vu juste, et 32 % avaient surestimé leur niveau de satisfaction. Ces derniers trop optimistes ont rapporté 9,5% d’incapacités en plus que les autres membres du groupe. Leur risque de décès prématuré a augmenté de 10%.
Autre constat, les personnes qui avaient les plus hauts revenus avaient plus de risque d’infirmité. “Contre toute attente, nous avons remarqué qu’une santé stable et bonne ainsi que de bons revenus étaient liés à des attentes plus négatives” que les autres, conclut le Dr Lang. Autrement dit, s’attendre au pire permettrait d’avoir de bonnes surprises au final. Cette démonstration toute subjective se heurte à d’autres études faites sur l’optimisme. Des chercheurs américains ont récemment montré que l’optimisme préservait des problèmes cardiaques. Entre le pessimisme allemand et l’optimisme américain, on a fait notre choix.

Topsanté.com
Mercredi 6 Mars 2013

Lu 656 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs