Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Eternuer dans l’espace, un véritable risque pour les astronautes




Eternuer dans l’espace, un véritable risque pour les astronautes
Ce n’est plus un secret aujourd’hui : éternuer est l’un des meilleurs moyens de transmettre ses germes aux alentours. Néanmoins, se couvrir la bouche, même à demi, suffit à limiter le risque de contamination... du moins sur Terre car dans l’espace, éternuer serait tout sauf une bonne idée. Comme l’expliquent de nouvelles recherches, cela pourrait même exposer les astronautes à l’un des risques les plus importants auxquels ils doivent faire face. En effet, selon le Dr Leonard Mermel de la Brown University aux Etats-Unis, l’environnement spatial offre un grand nombre d’avantages aux germes.
Par le passé, les chercheurs ont déjà découvert que l’absence de vraie gravité influait sur le système immunitaire des astronautes. Mais “la microgravité ne fait pas qu’affaiblir le système immunitaire d’une certaine manière, elle augmente aussi la virulence et la résistance antimicrobienne de certains micro-organismes”, commente le Dr Mermel. Plus concrètement, lorsque l’on éternue ou que l’on tousse sur Terre, une grande quantité de germes est expulsée et atterrit alors sur les surfaces voisines. En revanche dans l’espace, avec la microgravité, ceux-ci ne retombent pas et se mettent à flotter dans l’air. Ils atteignent ainsi un bien plus grand nombre de surfaces à infecter et augmentent le risque qu’un astronaute ne les inhale.   Dans leur étude, les chercheurs comparent les surfaces d’un quartier fermé d’un vaisseau spatial à celles d’une salle de bain qui agissent tout autant comme des réservoirs à germes dans un environnement unique. “Donc vous supprimez la réponse immunitaire humaine et vous augmentez la capacité des microbes à causer l’infection, et vous mettez ces deux là ensemble dans un espace confiné où les particules transportées par l’air peuvent rester à flotter pendant une période de temps prolongée”, résume le scientifique. Si cela se passait sur Terre, on pourrait penser à des mesures telles qu’une désinfection des lieux. Mais dans l’espace, tout se complique : l’air d’un vaisseau re-circule sans interruption. Aussi, il est impossible pour les astronautes d’utiliser des produits désinfectants quelconques qui pourraient émettre des vapeurs dangereuses difficiles à éliminer. Pour réduire le risque, il faut donc tout miser sur la prévention. Une chose que fait déjà la NASA mais pas suffisamment si l’on commence à envisager des voyages spatiaux plus longs, par exemple vers la planète Mars, selon les chercheurs qui publient leurs travaux dans la revue Clinical Infectious Diseases.

Maxisciences
Mercredi 31 Octobre 2012

Lu 181 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs