Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Et de trois pour Séville

Finale de l’Europa League




Et de trois pour Séville
Séville a remporté sa troisième Europa League, la seconde aux tirs au but (0-0, 4 t.a.b. à 2) contre un Benfica toujours maudit, battu pour la huitième fois d'affilée en finale continentale, mercredi à Turin.
Le Français Kevin Gameiro, entré en prolongation (104), a transformé le penalty décisif devant le mur blanc des supporters Andalous et offert un incroyable palmarès à son club, qui rejoint le FC Barcelone, Valence CF, Liverpool, la Juventus et l'Inter avec trois C3 (2006, 2007, 2014)!
Pour Benfica en revanche la malédiction de Béla Guttmann dure toujours. L'entraîneur qui lui avait prédit 100 ans sans gagner de Coupe d'Europe après les deux victoires en Coupe des champions (1961, 1962) a toujours raison. L'autre héros du match est Beto le portier de Séville, comme à l'opéra, qui a dévié les tirs d'Oscar Cardozo et de Rodrigo. Le gardien portugais avait déjà remporté la C3 en 2011 avec le FC Porto.
Parfaitement organisé autour de son formidable meneur de jeu Ivan Rakitic, Séville a contenu un Benfica dominateur jusqu'à la séance des tirs au but. En 2007 déjà, les Andalous avaient battu l'Espanyol Barcelone aux penalties (2-2, 3 t.a.b. à 1)
Séville s'impose au bout d'un parcours d'outsider commencé au troisième tour préliminaire, le 1er août 2013 contre Podgorica, après avoir déjà gagné contre son rival sévillan, le Betis, aux tirs au but, en remontant une défaite à domicile (2-0) à l'aller, et ne s'est qualifié qu'à la dernière seconde de la demi-finale à Valence (2-0/1-3) sur un but du Camerounais Stéphane Mbia, qui a transformé son tir mercredi.
Tant d'occasions ratées
Le Benfica peut s'en vouloir d'avoir manqué tant d'occasions dans un match qu'il a dominé. 
Jorge Jesus a dû faire un changement dès la 25e minute, son ailier droit Miralem Sulejmani est sorti blessé, touché sur un tacle d'Alberto Moreno, remplacé par André Almeida, un défenseur, qui a décalé Maxi Pereira, le principal animateur du Benfica, au milieu.
Le jeu n'a commencé à se délier vraiment que juste avant la mi-temps, avec trois occasions du Benfica, pour Rodrigo, contré deux fois (40, 45), et sur un face-à-face Maxi Pereira-Beto sur un ballon aérien encore remporté d'une main ferme par le gardien (45). Benfica est reparti aussi fort qu'il avait terminé la première période, avec trois frappes coup sur coup, amorcées par un Maxi Pereira déchaîné. Mais il y avait toujours un pied, le gardien ou Moreno sur sa ligne pour empêcher le ballon d'entrer (48), juste sous les regards de la "curva" du Benfica, qui a dû penser à ce moment à la malédiction de Béla Guttmann...
Pourtant les Rouges ont raté pire encore, sur une glissade de Lima avant de pouvoir frapper au but (72), une reprise de Rodrigo contrée par Fazio (80) et un tir sous la barre de Lima boxé par Beto (84)!
Séville a riposté surtout par contres, orchestrés par la finesse technique et la lecture du jeu d'Ivan Rakitic, élu homme du match. Sur les plus dangereux, José Antonio Reyes a frappé sur le gardien slovène Jan Oblak (61), et Bacca lancé sur une passe de volée du Croate a manqué de peu le cadre (101).
La SuperCoupe sera tout espagnole, contre le Real ou l'Atletico Madrid, confirmant l'hégémonie de la Liga sur l'Europe.

Ils ont dit

Unai Emery (entraîneur de Séville): "Le match était équilibré. Séville a mérité de gagner. Benfica a eu des occasions mais nous avons vraiment bien joué et nous leur avons toujours résisté. Nous avons montré que nous étions une équipe unie, spécialement devant les grands défis." 
 
Jorge Jesus (entraîneur de Benfica): "C'était un grand match, une grande finale et une partie très ouverte. Séville a mieux commencé, mais au fur et à mesure nous nous sommes améliorés et nous étions les meilleurs sur la fin. Nous avons montré notre puissance et nous nous sommes créés des occasions, mais ça n'est pas passé. L'équipe qui y a cru le plus aux penalties a été Séville. Dans le jeu, ce n'est pas la meilleure équipe qui a gagné l'Europa League."
 
Kevin Gameiro (FRA/attaquant du FC Séville): "C'était un penalty très important, j'ai fait trembler les filets c'est tout ce qui comptait. On s'est arraché pour gagner ce match là, ce sont des moments magnifiques comme on peut vivre dans le foot, il faut en profiter. On n'a pas tremblé, on les a tous mis au fond, et on a aussi compté sur un super gardien qui en a arrêté deux. On a su gagner comme ça, c'est dans la douleur qu'on apprécie les victoires. On a été dominés, mais à chaque fois il y avait une main, un pied qui arrêtait les tirs de l'autre équipe. En quarts et en demies déjà on est allé la chercher jusqu'à la dernière seconde. Benfica est une très bonne équipe, mais on a su jouer notre jeu, on a eu quelques occasions, on a un peu plus subi, on s'est retrouvés sous pression, mais pour moi ça reste un match équilibré. Ils ont eu plus d'occasions, mais ce qui compte c'est de gagner le match".
 
 

AFP
Vendredi 16 Mai 2014

Lu 552 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs