Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Essaouira, un bastion irréductible de la diversité de toutes les musiques




Essaouira, un bastion irréductible  de la diversité de toutes les musiques
La tenue du 24 au 27 avril du 14ème Printemps des Alizés permettra encore une fois de consacrer la ville d’Essaouira, en tant que “bastion irréductible de la diversité culturelle et agora privilégiée de  toutes les musiques”, a affirmé M. André Azoulay, Conseiller de SM le Roi et président de l’Association Essaouira Mogador.
“Cette édition 2014 du Printemps musical des Alizés va emprunter des chemins de traverse que maîtres et élèves ont souvent choisi de parcourir ensemble pour revisiter et partager les pièces les plus emblématiques du répertoire de la musique classique”, a-t-il indiqué dans un entretien au quotidien Le Matin, publié lundi dernier.
Exceptionnel par sa densité, cet événement culturel prévoit, selon  M.Azoulay, quatre concerts par jour, des dizaines de musiciens venus de tous  les continents et une très grande variété dans le choix des formations, de  l’Orchestre philharmonique du Maroc aux solistes, en passant par les trios,  quatuors ou quintettes.
Brahms, Schumann, Haydn, Mendelssohn, Mozart, Beethoven, Liszt ou encore  Prokofiev seront à l’honneur le temps d’un week-end rêvé, pendant lequel “la musique va se réapproprier les rivages et les remparts de la Cité des Alizés et  ouvrir toutes grandes nos portes, à son universalité et à ses promesses les plus exaltantes”.
S’agissant du succès du Printemps des Alizés, le président fondateur de  l’Association Essaouira-Mogador a relevé que l’exercice n’était pas évident  mais “il reste fragile”, en se disant convaincu que ce festival a “sa place et  son entière légitimité dans notre paysage musical”.
Au-delà du plaisir et du bonheur qu’il procure, le résultat le plus remarquable et le plus émouvant de ce festival reste, aux yeux de M. Azoulay, “celui de la révélation chaque année de jeunes talents marocains qui, après  être passés à Essaouira sont souvent consacrés par la scène internationale  comme des musiciens ou des chanteurs désormais classés parmi les grands”.
“La musique de chambre a désormais une adresse au Maroc” étant donné  qu’”Essaouira a toujours revendiqué l’universalité de toutes les musiques, du Festival Gnaoua Musiques du monde à la Musique de chambre en passant par le Matrouz et le flamenco des Andalousies Atlantiques, sans oublier le Melhoun ou le Samaâ”, s’est réjoui le conseiller de SM le Roi, en affirmant qu’”en s’efforçant de donner du sens à chacun de ses festivals, Essaouira exprime ce que notre culture au Maroc a de plus attachant dans sa capacité de faire s’épanouir son propre patrimoine tout en s’ouvrant à la très riche diversité de  toutes les musiques du monde”.   

MAP
Jeudi 24 Avril 2014

Lu 433 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs