Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Essaouira : Poursuite du massacre de la biodiversité




Essaouira   : Poursuite du massacre de la biodiversité
Apparemment, personne ne fait rien pour stopper le rythme effréné du massacre de la biodiversité de la ville d’Essaouira. Rien n’a été épargné ces dernières années : plage, forêt, dunes de sable, arganier et  thuya.
Dernier aspect  scandaleux constaté par  «Libé » : le déversement des gravats des chantiers de construction dans la forêt de la ville non loin de Sidi Magdoul et du lit de l’Oued Leksob sur la route d’Agadir.
Des tonnes de pierres entassées  n’importe comment dans les sentiers étroits et suffisamment pollués de la forêt qui n’a cessé de supporter les comportements irréfléchis  des citoyens sous le regard passif et indifférent des responsables. Où sont alors passés les gardes forestiers ? Les agents de l’autorité et les services municipaux ? Car ces crimes écologiques se produisent au quotidien à proximité de la ville. Personne ne peut prétendre ne pas savoir, ni voir ni entendre parler de ces actes indignes, puisque des charrettes pleines à craquer par ces débris sillonnent la ville toute la journée sans faire l’objet de contrôle.
Pourtant, ce problème est loin d’être le seul souci écologique de la ville, d’autant qu’il y a encore cette histoire de déversement des eaux polluées dans la zone forestière près de la plage Safi, de massacre des dunes de la ville répertoriées RAMSAR, et de défiguration de la zone littorale.
Souvenez-vous, depuis  presque trois ans maintenant, nous avons soulevé  ce problème de déversement des eaux usées dans la forêt à cause du non-achèvement des infrastructures de la station d’épuration.  Les positions de l’ONEP et des eaux et forêts étaient contradictoires, mais les faits parlaient d’eux-mêmes : un émissaire  reliant la  STEP  à la zone maritime n’a pas été réalisé ; du coup les lagunes de traitement étaient saturées, et il n’y avait pas mieux que la forêt, bien sûr, pour subir les effets d’une gestion  hasardeuse de la question écologique !
Aujourd’hui, plusieurs kilomètres de la forêt sont submergés par les eaux usées causant le dépérissement de milliers d'arbres, toutes espèces confondues.  Chaque partie impute la responsabilité à l’autre, et il y a toujours une pièce  qui manque au puzzle incomplet de ce fameux projet de réaménagement du réseau d’assainissement liquide.
Les habitants subissent actuellement   un vrai calvaire à cause de la pollution et de l’invasion des insectes qui se   sont multipliés  dans des conditions viables  puisque personne ne fait rien pour limiter les dégâts.
D’autre part, un vrai héritage écologique de la ville subit encore les aléas d’une extension abusive et désordonnée de la zone urbaine. La zone dunaire a été parfaitement déstabilisée et des milliers de tonnes de sable ont été exploités. Pourtant, il s’agit d’une réserve naturelle protégée, une œuvre historique selon les botanistes et les écologistes. L’invasion du béton dû aux projets touristiques et immobiliers a pris le dessus sur l’approche écologique. De ce fait, la ville se trouve face à
une sérieuse menace de déséquilibre  environnemental. D’ailleurs, ces dunes qui ont intégré avec l’archipel, l’inventaire RAMSAR, avaient nécessité des décennies  de travail dès 1914, de conception et de sacrifices pour en faire une zone tampon de Mogador qui a déjà fait l’expérience de l’ensablement et du désenclavement au début du siècle dernier.
Doit-on rappeler que le sables de la ville font l'objet depuis plusieurs années, de pillage commis par des transporteurs et des camionneurs qui sillonnent les routes de la province au vu et au su des autorités élues et locales?
Faut–il encore rappeler que ces dunes détruites et dont les travaux de fixation n’ont été achevés qu’en 1986, recèlent également une faune variée (sanglier, chacal, genette, mangouste, loutre, lièvre, et belette) et une avifaune à la fois nicheuse et migratrice, entre autres espèces d'oiseaux rares ? Les autorités locales, l’Agence urbaine, le conseil municipal, le service des eaux et forêts, le secrétariat d’Etat chargé de l’eau et de l’environnement, entre autres, sont appelés à assumer leurs responsabilités  quant à la préservation  de la biodiversité de la ville, surtout que le débat sur la question écologique est au centre du développement durable.

Abdelali Khallad
Mardi 19 Avril 2011

Lu 449 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs