Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Essaouira : Les Andalousies atlantiques au rendez-vous de l’interculturalité et de la tolérance




Essaouira : Les Andalousies atlantiques au rendez-vous de l’interculturalité et de la tolérance
Du 27 au 30 octobre 2011, Essaouira abritera le VIIIème passage des Andalousies atlantiques qui seront encore une fois au rendez- vous de l’interculturalité, de la tolérance et de l’ouverture. Cette année, les organisateurs promettent aux mélomanes trois jours inédits de fêtes, de partage et d’ivresse musicale avec la première participation au Maroc de la diva algérienne Naima Dziria qui sera accompagnée par l’orchestre de Fouad Didi. Le programme prévu puise au plus profond du répertoire haouzi et chaabi spécialement créé pour Essaouira. Carrefour  de reconnaissance et de nostalgie, le Festival des Andalousies atlantiques accueillera cette année  le pianiste Maurice Medioni qui accompagnera Naima Dziria  pour un moment musical d’exception dans la plus pure tradition du répertoire populaire algérois, peut-on lire dans un communiqué du festival.
Guidé par ce même fil d’or et de lumière qui raconte et chante à Essaouira, nos histoires partagées, nos paroles brodées et nos musiques tissées, le Festival des Andalousies atlantiques a choisi pour cette édition de donner une place éminente aux femmes et aux artistes et chanteurs  qui travaillent à la relève de leurs aînés.
Soucieux de pérenniser l’héritage musical souiri partagé entre musulmans et juifs au-delà des interférences culturelles et religieuses, le festival proposera aux mélomanes de découvrir la majestueuse voix de  la talentueuse et jeune chanteuse Sanaa Marahati, en compagnie de ses musiciens dans un répertoire  de Samy El Maghrebi.
Le public aura aussi l’occasion de découvrir la  grande danseuse andalouse Carmen Ledesma, et pour la première fois au Maroc plusieurs danseurs du « Royal Ballet » de Londres, dans un spectacle intitulé « Brises de Ballet ». Un spectacle créé pour Essaouira, faisant le pari de faire découvrir aux mélomanes l'influence du patrimoine arabo-andalou sur la chorégraphie de la danse classique occidentale.
Jeudi 27 octobre, un fervent hommage sera rendu à Maître Ahmed Pirou, fameux interprète de l’héritage gharnati-r’bati, accompagné d’Amine Debbi et ses musiciens, avec la participation de la chanteuse Baha Ronda.
Essaouira accueillera encore l’un de ses enfants, le chanteur Maxime Karoutchi qui  interprétera le répertoire judéo-marocain au timbre de  l'émotion et de l'authenticité. Le public aura l’occasion d’apprécier  le talent de Laila Lamrini qui se reproduira à Dar souiri, pour savourer en clôture la prestation de l'Orchestre des jeunes talents du Conservatoire de Fès.
Quant aux fillettes d’Essaouira, elles découvriront la magie de la danse classique avec les danseuses londoniennes Liz et Francesca Filpi dans le cadre   d’ateliers d'initiation en marge du Festival.

Abdelali khallad
Lundi 10 Octobre 2011

Lu 699 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs