Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Essaouira : La forêt de Takoucht à la merci des pilleurs




Essaouira : La forêt de Takoucht à la merci des pilleurs
Les forêts de la province d'Essaouira continuent de faire les frais du manquement du service des Eaux et Forêts qui refuse toujours d'admettre qu'il y a un vrai massacre des forêts d'arganier et de thuya dans les différentes communes de la province et dans la zone de Haha plus précisément.
Après les habitants de Tnin Imintlit qui ont accusé les agents des Eaux et Forêts de complicité avec les pilleurs de l'arganier qui ont ravagé une grande partie du domaine forestier, c'est aux habitants de la commune rurale de Takoucht de crier au scandale, condamnant les coupes illégales dont le domaine forestier de leur commune continue de faire les frais.
Un citoyen qui demande légalement l'autorisation d'exploitation et de coupe dans un terrain forestier bien défini, n’hésite pas à opérer des coupes nocturnes dans le domaine voisin au vu et au su de l'agent des Eaux et Forêts qui n'est même pas résidant dans la commune", nous a déclaré un citoyen scandalisé par le mutisme du service concerné qui n'a pas levé le petit doigt pour mettre fin aux agissements des pilleurs.
On soulève l'attitude paradoxale de ce service quant aux demandes de coupes adressées par la commune de Takoucht dont une grande partie de ses ressources dépend du domaine forestier.
Aucune demande n'a reçu un avis favorable alors que la forêt est la cible de coupes illégales par des individus identifiés qui ont réussi à faire fortune grâce à leurs pratiques illégales mais tolérées par les prétendus protecteurs de la forêt.
"Je viens d'être pénalisé à payer une amande de 10.000dh suite à une plainte déposée contre moi par le garde-forestier qui m'accuse d'avoir procédé à des coupes non autorisées. Je n'ai cessé de clamer mon innocence. En vain. Tandis que les vrais pilleurs courent toujours!", nous a confié ce citoyen sanctionné, niant toute responsabilité dans cette affaire.
Ait Ouahman, Tassilan Takoucht, Tasilan Agadir, et bien d'autres douars dans la commune de Takoucht ont fait les frais de cette anarchie qui a profité à une minorité qui s’est enrichie au détriment du patrimoine forestier. Ce dernier constitue le centre des activités de cette commune rurale dont les habitants et édiles réclament l'ouverture d'une enquête sérieuse pour définir les responsabilités dans cette affaire.  

Abdelali khallad
Lundi 4 Mai 2009

Lu 895 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs