Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Espagne: Un coup d'éclat et tout s'éclaire




L'Espagne vers un triplé ? Dans un début d'Euro-2016 jusqu'ici pauvre en spectacle, l'équipe double tenante du titre s'est imposée en favorite à sa propre succession en brillant contre la Turquie (3-0) vendredi, soit la première vraie démonstration offensive du tournoi.
En deux matches et autant de victoires, la "Roja" a tapé du poing sur la table et s'est qualifiée pour les huitièmes de finale de l'Euro. Rien à voir avec le Mondial-2014, au Brésil, où elle avait débuté par deux lourdes défaites synonymes d'élimination précoce...
"Après le coup dur subi au Brésil, nous avions tous beaucoup d'espoirs pour cet Euro. Nous sommes partis du bon pied", s'est réjoui samedi en conférence de presse le latéral César Azpilicueta.
Les succès contre la République tchèque (1-0) puis la Turquie ont permis à la "Roja" d'étirer sa série d'invincibilité en phase finale de l'Euro à 14 rencontres consécutives, dépassant les 13 matches sans défaite en Coupe du monde enchaînés par le Brésil du "Roi" Pelé entre 1958 et 1966.
Euphorique, la presse espagnole a salué le retour au premier plan de la "Seleccion", la jugeant capable de conquérir une troisième couronne continentale d'affilée après 2008 et 2012.
"C'est comme cela que jouent les champions", s'est enthousiasmé le quotidien sportif madrilène Marca.
"L'Espagne s'est qualifiée confortablement et en augmentant son prestige", a résumé pour sa part Alfredo Relaño, directeur du journal As, dans un éditorial. "Nous voyons cette sélection avec le vent en poupe et toutes voiles dehors."
Les motifs de satisfaction abondent au lendemain de la victoire contre les Turcs: citons la qualification acquise avant l'heure, la première place provisoire du groupe D (6 pts) qui permet à l'Espagne de se contenter d'un match nul contre la Croatie (2e, 4 pts) mardi pour finir en tête, ou encore l'avertissement envoyé aux autres favoris.
A l'évidence, ce début d'Euro a fait du bien au moral des Espagnols en levant un à un les doutes qui les accompagnaient jusqu'alors.
La préparation écourtée ? Pour le moment, les joueurs du sélectionneur Vicente del Bosque n'ont pas montré de signe d'essoufflement, ni de manque d'automatismes au sein d'un onze où sept joueurs étaient déjà titulaires en finale de l'Euro-2012.
L'attaque manquait d'efficacité ? Vendredi soir, Alvaro Morata a justifié son installation au poste d'avant-centre, longtemps sinistré en sélection espagnole, avec un doublé. Et l'ailier gauche Nolito, buteur et passeur, a également débloqué son compteur.
Enfin, la question du gardien N.1 a été tranchée au premier match par Del Bosque: David de Gea est désormais le portier titulaire, malgré le scandale sexuel qui a perturbé son début d'Euro, et l'emblématique capitaine Iker Casillas, relégué sur le banc, a adopté un statut de "motivateur" en chef.
"C'est très important de voir que ton capitaine, la légende du football espagnol, est capable d'accepter ce rôle quand c'est son tour", a commenté le milieu offensif Cesc Fabregas.
A ce stade du tournoi, l'Espagne est sans doute l'équipe dont le jeu impressionne le plus, dans le sillage de l'étincelant meneur Andres Iniesta.
"Mon ressenti est très positif", a souligné Fabregas, selon qui on a revu par séquences la grande Espagne qui avait dominé le football mondial. "En seconde période (vendredi), cela a été un des matches dont j'ai le plus profité ces derniers temps", a-t-il dit.
Aussitôt après la victoire, Del Bosque s'était néanmoins gardé de toute euphorie. "Cette équipe a progressé mais n'a encore rien gagné, elle est seulement sortie de la phase de poules", a prévenu l'expérimenté sélectionneur.
De fait, se reposer sur ses lauriers serait dangereux contre les redoutables Croates, mardi à Bordeaux. Pour éviter tout relâchement, il faudra peut-être introduire quelques changements dans le onze de départ pour impliquer tout le monde, par exemple en offrant à Casillas une titularisation pacificatrice dans un match à moindre enjeu.
"Nous avons bien débuté, nous sommes contents, mais cela ne fait que commencer", a conclu Fabregas.

Résultats
Vendredi 
Groupe E 
Italie – Suède : 1-0
Groupe D 
République tchèque – Croatie : 2-2
Groupe D 
Espagne – Turquie : 3-0
Samedi 
Groupe E 
Belgique – Irlande : 3-0
Groupe F 
Islande – Hongrie : 1-1
Groupe F 
Portugal – Autriche : 0-0

Programme 
du Lundi: 
Groupe B 
19h00 : Russie - Galles
Groupe B 
19h00 : Slovaquie - Angleterre

Libé
Lundi 20 Juin 2016

Lu 349 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs