Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Espagne: Lorca dévastée par le séisme




Espagne: Lorca dévastée par le séisme
En pleine rue, dans des hangars ou des parcs, des milliers d'habitants de Lorca, dans le sud-est de l'Espagne, passaient jeudi leur première journée hors de chez eux après le séisme qui a fait huit morts, pendant que s'organisait l'aide d'urgence.
Environ 15.000 personnes, selon la Croix-Rouge, ont été chassées de leurs maisons par le séisme de magnitude 5,1 qui a surpris mercredi en fin d'après-midi cette ville de 92.700 habitants, où de nombreux édifices anciens se sont effondrés.
Huit personnes ont été tuées et 130 blessées, selon les autorités régionales et les services d'urgence.
Par crainte de répliques, de nombreux habitants n'ont pas osé rentrer dans leurs maisons aux murs lézardés et ont passé la nuit à la belle étoile, enveloppés dans des couvertures, ou dans des hébergements d'urgence.
«Personne n'attendait un tremblement de terre aussi fort ici», confiait Francisco Hernandez, un chômeur de 47 ans, assis dans un parking. «Maintenant nous avons peur que cela recommence».
«Le nombre de sans-abri est très difficile à évaluer. Presque personne n'a dormi chez lui. Beaucoup d'habitants ont passé la nuit dans leur voiture, sur les places, dans les parcs publics», a expliqué le maire de Lorca, Francisco Jodar, à la télévision.
Jeudi matin, la Croix-Rouge avait distribué 7.720 couvertures, de la nourriture, de l'eau et 800 lits pliants pour un hangar transformé en centre d'hébergement, a indiqué une porte-parole, Carla Vera. Elle a aussi mobilisé 24 ambulances et installé trois hôpitaux de campagne.
Le bilan ne devrait pas s'alourdir, aucun disparu n'ayant été signalé, et les secouristes travaillaient jeudi à déblayer les décombres qui obstruaient les rues.
Des experts devaient ensuite évaluer les dégâts, et coller des étiquettes rouges ou vertes sur les portes des maisons, selon qu'elles présentent ou non un danger, a indiqué le maire.
Dans le centre historique, le tremblement de terre, le plus meurtrier en Espagne depuis 1956, a précipité au sol des façades anciennes, des corniches, et même le clocher de l'église San Diego.
L'épicentre a été localisé près de Lorca, une ville à environ 70 kilomètres au sud-ouest de Murcie, sur une faille importante, la faille Alhama de Murcia, et dans une des régions de la péninsule ibérique où le risque sismique est le plus élevé.
Le 28 février, le président du collège des géologues espagnols, Luis Suarez, avait même prévenu dans une interview à l'agence Europa Press que l'Espagne vivait une activité sismique «particulièrement intense».
Un tremblement de terre destructeur pourrait survenir «prochainement, dans un avenir pas très éloigné», avait averti ce géologue.
A Lorca, certains savaient qu'ils vivaient dans une zone à risque, mais sans trop y croire.
«Nous savons que nous habitons près d'une faille mais nous n'avions jamais pensé que cela nous arriverait», confiait Pepe Tomas, 56 ans, infirmier qui a toujours vécu dans cette ville.
«Nous n'avons pas compris ce qui se passait quand la terre a tremblé. Nous n'aurions jamais imaginé cela ici», racontait Julian Garcia, 48 ans, qui a passé la nuit dehors par crainte des répliques.
Une unité militaire d'intervention de 225 hommes a été dépêchée sur place, ainsi que 400 secouristes. 400 personnes ont été évacuées dans deux hôpitaux à bord de 350 ambulances, selon le gouvernement régional.
Le chef du gouvernement José Luis Rodriguez Zapatero était attendu sur place et les deux camps rivaux, socialistes et conservateurs, ont suspendu exceptionnellement la campagne pour  les élections régionales du 22 mai.
Le séisme, ressenti dans tout le sud de l'Espagne, est le plus meurtrier dans le pays depuis celui d'avril 1956, qui avait tué 11 personnes et fait plus de 70 blessés dans plusieurs villages de la région de Grenade, en Andalousie.

Libé
Vendredi 13 Mai 2011

Lu 288 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs