Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Espagne : Acteurs et artistes craignent que la rigueur ne tue la culture




Espagne : Acteurs et artistes craignent que la rigueur ne tue la culture
Pour Javier Bardem, Pedro Almodovar, Marisa Paredes et bien d'autres acteurs et artistes espagnols, l'inquiétude est vive: la politique économique d'une rigueur drastique menée en Espagne pour lutter contre la crise menace de condamner le monde déjà fragile de la culture.
"Ils tuent la culture de ce pays", se désole Javier Bardem, qui a reçu un Oscar pour son rôle dans "No Country for Old Men".
Ecoles et hôpitaux espagnols souffrent depuis des mois de coupes budgétaires.
Mais le dernier train de mesures annoncé en juillet, visant à économiser 65 milliards d'euros, inclut une augmentation de la TVA, particulièrement violente pour le théâtre et le cinéma qui bénéficiaient jusque là d'un taux réduit: de 8%, la TVA dans la culture va bondir à 21% en septembre.
"C'est un pays qui produit une grande culture, très reconnue hors de nos frontières", avait expliqué Javier Bardem à l'AFP, lors d'une manifestation en juillet contre le nouveau tour de vis. "Mais ce qu'ils sont en train de faire va vraiment diminuer l'industrie culturelle de l'Espagne".
Si tout l'impact de cette hausse est répercuté sur les prix, le billet de cinéma pourrait passer de 7 à 8 euros et les places de théâtre grimper de plusieurs euros.
L'augmentation touche aussi les secteurs rois en Espagne du football et de la corrida, mais dans une moindre mesure, la TVA passant de 18 à 21%.
Déjà, les Espagnols ont réduit leurs dépenses culturelles. Pour de nombreuses personnalités du théâtre, de la danse, de l'opéra et des organisateurs des festivals qui rythment l'été, cette augmentation assènera un coup mortel au secteur.
"Je sors beaucoup moins", témoigne Cristina Rial, 28 ans.
Au chômage, comme un actif espagnol sur quatre, cette habitante de Madrid a pratiquement réduit à zéro ses sorties concerts et expositions.
"Je dois d'abord manger et vivre, tout le reste c'est du luxe", explique-t-elle.
Aux yeux des artistes espagnols, la rigueur menace les bienfaits, intangibles et à long terme, de la culture dans un pays encore marqué par la guerre civile (1936-1939).
L'un de ses plus grands poètes, Federico Garcia Lorca, est mort fusillé par les franquistes pendant la guerre. Les quatre décennies de dictature et de censure qui ont suivi ont poussé à l'exil de nombreux intellectuels, dont l'un des réalisateurs espagnols les plus célèbres, Luis Bunuel.
"C'est comme un retour au passé", dénonce Carlos Iglesias, acteur et réalisateur de 56 ans.
"Depuis la fin de la guerre civile, beaucoup d'efforts ont été faits pour retrouver le niveau culturel que nous avions avant. Tout ce progrès risque maintenant d'être perdu", se désole-t-il. "Un pays sans culture est un pays mort."
Ce n'est plus la dictature mais la crise qui pousse cette fois des artistes vers l'étranger, comme des milliers d'autres Espagnols.
"Je vis ici, c'est mon pays mais depuis un moment je travaille plus hors d'Espagne", témoigne Javier Bardem. "Heureusement, j'ai cette chance. Mais si tout mon travail était basé en Espagne, je serais aujourd'hui au chômage".
Producteurs et réalisateurs se tournent aussi vers l'étranger.
"Si nous n'avons pas assez de spectateurs sur le territoire pour qu'un film soit rentable, il faut alors le produire de façon à ce qu'il puisse aussi être diffusé hors d'Espagne", explique Pedro Perez, président de la fédération espagnole des producteurs audiovisuels Fapae.
Fort du succès critique surprise de son film "Buried" en 2010, le réalisateur espagnol Rodrigo Cortes, 39 ans, a de nouveau tourné son dernier film, "Red Lights", en anglais. Cette fois avec des stars internationales comme Robert de Niro et Sigourney Weaver.
"A partir d'un certain niveau d'investissement, il est beaucoup plus conseillé de le faire en anglais car c'est la seule façon d'élargir le marché", remarque-t-il.
"Mais bien sûr, il ne faudrait pas que tous les films suivent ce modèle", ajoute-t-il. "Cela reviendrait à abandonner ce que nous sommes".

AFP
Mardi 7 Août 2012

Lu 305 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs