Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Erdogan menace d'ouvrir les frontières aux migrants vers l'Europe

Le Parlement européen demande le gel des négociations d'adhésion de la Turquie




Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé vendredi d'ouvrir les frontières pour laisser passer les migrants voulant se rendre en Europe, au lendemain d'un vote du Parlement européen demandant le gel des négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE.
"Lorsque 50.000 migrants se sont amassés au poste-frontière de Kapikule (à la frontière turco-bulgare), vous avez crié à l'aide. Vous avez commencé à vous demander: +Que ferons-nous si la Turquie ouvre ses frontières ?+", a déclaré M. Erdogan.
"Ecoutez-moi bien. Si vous allez plus loin, ces frontières s'ouvriront, mettez-vous ça dans la tête", a déclaré M. Erdogan lors d'un discours à Istanbul.
Dans une résolution non contraignante adoptée à une très large majorité à Strasbourg, les eurodéputés ont appelé jeudi à "un gel temporaire" du processus d'adhésion entamé en 2005 en raison de la répression "disproportionnée" en cours depuis le coup d'Etat avorté de juillet.
Le vote de ce texte survient dans un contexte de fortes tensions entre la Turquie et l'UE, dont les relations, déjà difficiles, se sont dégradées après la tentative de putsch, qui a été suivie de purges d'une ampleur inédite qui ont notamment visé des opposants politiques kurdes et des médias critiques.
Les déclarations de M. Erdogan font écho aux craintes européennes que le régime turc ne renonce à appliquer l'accord sur les migrants signé en mars avec l'UE et cesse de bloquer les flux de réfugiés qui tentent d'atteindre l'Europe. La Turquie compte sur son sol 2,7 millions de réfugiés syriens.
En contrepartie du pacte migratoire, Ankara réclame que ses ressortissants soient exemptés de visas pour l'espace Schengen, et a menacé à plusieurs reprises de rompre l'accord avec l'UE si ce dossier n'avance pas.
Signe des tensions entre Ankara et l'UE, M. Erdogan a récemment évoqué l'option d'un référendum de poursuivre ou non le processus d'adhésion à l'UE, et un possible rapprochement avec l'Organisation de coopération de Shanghaï (OCS) coparrainé par la Chine et la Russie.
En effet, le Parlement européen a demandé jeudi le gel des négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE, en raison de la répression "disproportionnée" en cours depuis le coup d'Etat avorté de juillet, provoquant la colère d'Ankara.
Dans une résolution non contraignante adoptée à une très large majorité à Strasbourg, les eurodéputés ont appelé à "un gel temporaire" du processus d'adhésion entamé en 2005.
Le texte - soutenu par les quatre principaux groupes au Parlement, conservateurs, socialistes, libéraux et Verts - a été approuvé par 479 voix pour, 37 contre et 107 abstentions.
"C'est une grande et première victoire avant d'obtenir plus", ont réagi les eurodéputés conservateurs français Philippe Juvin et Arnaud Danjean, estimant que "la Turquie doit être un partenaire stratégique de l'UE, mais elle ne doit pas en être membre".
Côté turc, la décision est "insignifiante" pour le Premier ministre Binali Yildirim, "nulle et non avenue" selon le ministre des Affaires européennes Omer Celik.
"Nous attendons des dirigeants européens qu'ils élèvent leur voix contre ce manque de vision", a insisté M. Yildirim.
La livre turque a cédé plus de 1% après l'annonce de la résolution.
Anticipant le vote - seulement consultatif - le président turc Recep Tayyip Erdogan l'avait jugé dès mercredi "sans valeur, quel qu'en soit le résultat". La décision de suspendre le processus d'adhésion appartient en effet aux Etats-membres.
Tout en reconnaissant qu'Ankara est "un partenaire important" de l'UE, le texte affirme que la Turquie n'affiche plus "la volonté politique" de coopérer, "les actions de son gouvernement la détournant encore plus de sa voie européenne".

Samedi 26 Novembre 2016

Lu 727 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs