Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Erdogan hausse le ton sur la Syrie

Accord sur une mission de l'Otan en mer Egée




Erdogan hausse le ton sur la Syrie
Recep Tayyip Erdogan a prévenu jeudi que la patience d'Ankara à propos du conflit syrien avait des limites et accusé les Nations unies de faire preuve d'hypocrisie en demandant à la Turquie d'accueillir les réfugiés sur son territoire alors qu'elles ne font rien, selon lui, pour arrêter les violences qui les font fuir de Syrie.
 Le président turc, qui s'exprimait pendant une conférence économique, a indiqué que son pays se préparait à l'arrivée de jusqu'à 600.000 civils syriens si l'offensive des forces gouvernementales et de leurs alliés, appuyés par les bombardements aériens russes, se poursuit dans la province d'Alep.
 "Nous serons patients jusqu'à un certain point mais ensuite nous devrons agir", a menacé sans plus de précision Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours retransmis à la télévision d'Etat, pendant lequel il a une nouvelle fois réclamé la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne dans le nord de la Syrie pour permettre aux civils d'y vivre en sécurité.
 "Nous devons trouver des moyens pour que les Syriens restent dans leur pays", a-t-il insisté. La Turquie héberge déjà 2,5 millions de réfugiés et a conclu en novembre dernier un accord avec l'Union européenne pour réduire le flux de ceux qui partent vers l'Europe.
 Le président turc a dit recevoir des informations alarmantes sur des "massacres effroyables" auxquels se livreraient les milices soutenues par l'Iran qui combattent aux côtés des forces de Bachar al Assad dans le nord-ouest de la Syrie.
 Il a demandé à l'Onu d'agir davantage pour empêcher le "nettoyage ethnique" qui serait à l'œuvre dans cette région, où vit notamment une minorité turkmène proche d'Ankara.
Par ailleurs, le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, a annoncé jeudi  que l'Otan est prête à "soutenir et à participer à une opération" navale de surveillance en mer Egée, réclamée par l'Allemagne, la Grèce et la Turquie, afin de les aider à faire face à la crise migratoire.
 "L'Otan et toutes les parties à la table ce matin ont indiqué la volonté de l'Otan de soutenir et participer à cette opération", a déclaré M. Carter à l'issue d'une réunion des ministres de la Défense de l'Alliance à Bruxelles.

Vendredi 12 Février 2016

Lu 1018 fois


1.Posté par mohamed le 13/02/2016 23:15
Ils faut pas aller en syrie ,on s en fout ,la seul chose c est resté neutre ,et aider les réfugiés point barre ,dans les réseaux sociaux marocains ,les interrogations et la colère monte ...faut éviter tout soulèvement dans les rues ,je vous raconte même pas si nos soldats meurent en grands nombres...
Nous recevrons que des prières néfastes et des tensions politiques ,économiques....
C est un problème syrien...

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs