Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Environ 90.000 ménages vivent du cannabis dans la région du Rif

Les efforts pour l’éradication de la culture demeurent insuffisants




Environ 90.000 ménages vivent du cannabis dans la région du Rif
"Le kif ne vous tue pas, la faim si", résume Aberrahmane Hamoudani, ancien maire d'Issaguen, une petite ville du Rif: dans cette région pauvre du Nord du Maroc, la culture du cannabis reste vitale pour la population, en dépit des efforts du gouvernement pour l'éradiquer.
La superficie cultivée a baissé de 60% en dix ans et serait aujourd'hui de quelque 50.000 hectares, avait affirmé le ministre de l'Intérieur, Mohand Laenser, devant le Parlement en novembre, évaluant à "plus de 250 tonnes" les saisies de cannabis effectuées en 2012.
"Le Maroc s'est engagé unilatéralement dans sa guerre contre les cultures illicites du cannabis dans les provinces du Nord", confirme dans un mail transmis à l'AFP le ministère. Plus de 1.000 tonnes ont été saisies en moins de 10 ans, note-t-il. Dans les montagnes du Rif, une région historiquement pauvre et frondeuse, les habitudes, à l'image de la population, ont en tout cas la vie dure. Au pied d'impressionnants massifs mais à une altitude supérieure à 1.200 m, les plants y trouvent un climat idéal pour prospérer et, dans la vallée entre Taounate et Issaguen, la verdure des champs s'étale à perte de vue.
En cette fin de printemps, les femmes y travaillent en nombre, tandis que des jeunes s'activent le long des 70 km de route à la recherche de clients potentiels.
D'après des statistiques citées par le ministère de l'Intérieur, ce sont environ 90.000 ménages, soit plus de 700.000 personnes, qui vivent de la production de cannabis dans les régions d'Al-Hoceima, Chefchaouen et Ouazzane.
"Malgré les efforts pour réduire les surfaces, cette agriculture est toujours présente car elle fait partie de la culture des habitants: ils sont nés avec le kif. Ils ont vu leurs parents, leurs grands-parents faire cela", explique à l'AFP Nourredine Mediane, un parlementaire du Parti Istiqlal qui prend régulièrement leur défense à Rabat.
"La majorité de ces paysans sont pauvres, et ils n'ont même pas de quoi manger pendant trois ou quatre mois dans l'année. (...) Ceux qui profitent, ce sont les trafiquants, les exportateurs et les distributeurs", poursuit-il.
"Les agriculteurs sont pauvres et vivent avec la peur" de la répression, ajoute Aberrahmane Hamoudani. Selon lui, les choses restent plutôt tolérées "tant que cela se fait en douceur. Mais lorsqu'il y a un gros démantèlement sur Casablanca, alors ils envoient la police".
Si, selon un dernier rapport officiel, l'herbe de cannabis est de plus en plus présente en Europe face à la résine importée majoritairement du Maroc, les autorités espagnoles ont récemment annoncé avoir mis la main sur des quantités record de haschisch, notamment 32 tonnes fin avril à Algésiras (sud) dans un camion en provenance du Maroc.
Il s'agit d'une "guerre multi-facettes nécessitant une coopération régionale et internationale réelle", plaident encore les autorités marocaines.

AFP
Vendredi 7 Juin 2013

Lu 476 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs